La mare de A à Z

Article extrait du dossier Les héros de la mare
Une belle et grande mare égaie cette campagne. / © Benoît Renevey

D'Aquarium à Zygoptère, nos 26 clins d'œil et conseils pratiques pour observer et favoriser le peuple de la mare.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par
La mare de A à Z

Aquarium / © Jean Chevallier

Aquarium

Et si vous troquiez la télévision du salon pour une mini-mare transparente ? Spectacle garanti à condition d'aménager soigneusement votre aquarium : fond de sable et de gravier, île de cailloux aux contreforts riches en cachettes et surtout plantes aquatiques immergées récoltées dans la nature et indispensables à l'oxygénation de tout ce petit monde.
Remplissez avec l'eau d'une mare. Puis installez insectes ou mollusques pour deux ou trois jours au maximum. La loi et le bon sens interdisent d'infliger ce séjour forcé à des tritons ou autres amphibiens. Recouvrez enfin le tout d'un treillis pour éviter tout envol intempestif.

Bocal

Un bocal est l'accessoire idéal pour observer de près les insectes aquatiques. Le modèle à cornichons grand et large est particulièrement adapté au séjour momentané d'un dytique ou d'une grosse larve de libellule. Cet isolement permettra d'éviter qu'ils ne boulottent en un clin d'œil tous vos autres pensionnaires.

Cailloux

Encore mieux qu'un aquarium, une vraie mare dans un jardin ? Une couche de cailloux permettra de masquer la bâche assurant son étanchéité.

Un guide complet des CPN pour créer une mare pas à pas.

Avec une baignoire, construisez un spa à grenouilles.

La mare de A à Z

Nénuphar / © Jean Chevallier

Détente

L'eau, c'est la vie. La contemplation d'une mare réserve tous les jours des surprises. Et puis, c'est un bel endroit pour méditer, se ressourcer ou improviser une petite séance de yoga.

Epuisette

Savoir qui vit dans les eaux opaques de la mare ? Allez plutôt voir l'article « troubleau ».

Film

Visionnez au salon « Les Dents de la Mare » réalisé par Daniel Auclair. Un prolongement naturel à la lecture de ce dossier.

Géotextile

Sous la bâche qui permettra d'étanchéifier le point d'eau, posez un treillis d'une largeur de 40 cm sur toute sa circonférence contre les rongeurs. Et déployez un géotextile qui protège des racines et des cailloux.

La mare de A à Z

Hydrophile / © Jean Chevallier

Hydrophile

Encore plus grand que l'inquiétant dytique, l'hydrophile brun est un magnifique coléoptère aquatique. Un truc pour le reconnaître de loin ? Au lieu de battre des deux pattes arrière comme ses cousins carnassiers, ce placide herbivore nage en pagayant alternativement de droite et de gauche.

La mare est l'endroit idéal pour observer plein de petites bêtes aux modes de vie fascinants. / © Nils Willenegger
La mare de A à Z

Iris jaune / © Jean Chevallier

Iris

La végétation s'installera spontanément sur les berges. Pour accélérer le mouvement, acquérir en jardinerie des plantes indigènes comme le très bel iris jaune des marais.

Jardin

Une mare même modeste rend tout jardin merveilleux. Sensibilisez vos voisins ou votre commune à l'intérêt d'un tel aménagement, et, pourquoi pas, participez à sa réalisation !

Keratella

Voici un animal translucide doté d'un joli œil rouge. Ce gracieux rotifère planctonique nage librement dans les étangs. Il mesure à peine 0,2 mm. Une goutte d'eau placée sous une loupe binoculaire permettra peut-être de l'observer en compagnie d'autres délicates créatures méconnues.

La mare de A à Z

Libellule / © Jean Chevallier

Libellules

A l'été, elles sont les stars de la mare. Avant d'écumer les airs, les libellules chassent sous forme de larves aquatiques. Au printemps, surveillez les branches et les feuilles qui pointent hors de l'eau. Leur émergence puis leur métamorphose en insectes parfaits sont un spectacle extraordinaire.

Moustiques ?

Faut-il craindre ces insectes indésirables quand on envisage de creuser une mare ? Aucun souci : tritons, dytiques et larves de libellules se chargeront de faire le ménage. Surveillez plutôt les vieilles bassines et autres récipients qui traînent dehors, véritables pouponnières à moustiques.

Noyade

Un plan d'eau exerce un attrait irrésistible sur les enfants. Une mare stimulera leur éveil, mais constitue aussi un sérieux danger potentiel. Ne pas laisser les plus petits sans surveillance et installer éventuellement pour quelques années une barrière.

La mare de A à Z

Rougegorge en train de se baigner dans une mare / © Jean Chevallier

Oiseaux

Pour voler, pour vivre, les oiseaux ont besoin de conserver leurs plumes dans un état impeccable. Une mare de 3 ou 4 m2 suffit aux merles, aux rougegorges et aux verdiers des environs pour se baigner.

La mare de A à Z

Poisson rouge: danger dans la mare ! / © Jean Chevallier

Poissons ?

Si vous cédez à la tentation de relâcher des poissons dans un étang, il y a fort à parier qu'ils troublent l'eau et fassent des ravages parmi les amphibiens. Quant aux tortues de Floride, c'est encore pire : elles sont capables de vider un étang de ses habitants. Plutôt que d'introduire ces reptiles américains, mieux vaut attendre puis fêter l'arrivée naturelle des premiers tritons.

Aussi petite soit-elle, une mare au fond du jardin augmentera la biodiversité. / © Gilbert Hayoz

Quelquefois

L'entretien d'un plan d'eau nécessite de limiter l'exubérance des plantes. Et surtout de récupérer de temps à autre - idéalement en automne - une partie de la vase accumulée. Pour laisser aux bestioles qui s'y cachent le temps de regagner l'eau, laisser la matière récupérée sécher quelques heures sur la berge.

Ras le bol

Une rivière rectifiée par ci, un marais drainé par là… Les tritons et les autres habitants des milieux humides comptent parmi les principales victimes de l'appauvrissement dramatique de nos paysages. Agissons, creusons une mare !

La mare de A à Z

Mare sous le soleil couchant / © Jean Chevallier

Soleil

Les plans d'eau les plus foisonnants s'épanouissent au soleil. L'astre du jour stimule le développement des têtards tout comme le vol des libellules.

La mare de A à Z

Un troubleau pour capturer quelques habitants de la mare. / © Jean Chevallier

Troubleau

Plutôt qu'une épuisette aux mailles grossières, réalisez vous-même un troubleau, outil de rêve pour ramener à la surface les bestioles des profondeurs. Choisir une solide branche fourchue de noisetier. Cercler et attacher un fil de fer à l'intérieur de la fourche. Enfin, fixer sur ce dernier un filet à base de sac de patates en jute ou en plastique.
Quand vous raclerez précautionneusement la vase, souvenez-vous que vous provoquez un tremblement de terre titanesque à l'échelle d'une notonecte. Le troubleau ne trouble pas que l'eau. A utiliser par conséquent avec doigté et modération.

Urodèle

Impossible de faire l'impasse jusqu'au bout de ce dossier sur ce mot un peu pédant. Le terme d'urodèle regroupe tous les amphibiens munis d'une queue à l'état d'adulte, chez nous les tritons et les salamandres. Les anoures comprennent les grenouilles, crapauds, rainettes et autres pélobates…

Mare décorée de nénuphars / © Benoît Renevey

Voilà les algues !

Surtout pas de produits chimiques pour stopper la prolifération d'algues filamenteuses dans un étang. Si l'asphyxie menace, mieux vaut les ratisser et les retirer hors de l'eau. Quelques semaines suffisent en général au plancton, aux escargots d'eau et aux insectes herbivores pour venir à bout de cette marée verte.

Wouah !

L'heureuse exclamation que vous pousserez peut-être en apercevant votre prochain triton.

La mare de A à Z

Xylocope / © Jean Chevallier

Xylocope

Les oiseaux ne sont pas seuls à boire et à se laver à la mare. En été, de nombreux insectes s'abreuvent le long des rives. Parmi eux, une spectaculaire abeille charpentière, le xylocope, fort utile pour compléter cet alphabet.

Si la perspective de creuser et d'aménager vous-même un plan d'eau vous rebute, reste la possibilité plus coûteuse de confier ce travail à un paysagiste.

La mare de A à Z

Demoiselle / © Jean Chevallier

Zygoptère

Ce terme scientifique un peu sec désigne les gracieuses demoiselles, ces bâtons de lumière bleus ou rouges, qui chassent et s'accouplent en chœur au-dessus des nénuphars. Leurs ballets colorés devraient reprendre dans quelques semaines...

Couverture de La Salamandre n°203

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 203
Avril - Mai 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir