Infirmière nature, ça ne s’invente pas, ça se vit !

Le centre de revalidation pour la faune sauvage d'Anderlecht soigne près de 2000 animaux sauvages en détresse chaque année. / © ZO CSOP Vlasim

Julie Van Lierde, bénévole au Centre de revalidation pour la faune sauvage, nous raconte son activité d'infirmière pour la nature sauvage.

Avatar de Marc Bussers
- Mis à jour le
Article d'origine par
Infirmière nature, ça ne s’invente pas, ça se vit ! - La Salamandre

Julie Van Lierde 22 ans, bénévole au Centre de revalidation pour la faune sauvage (Anderlecht)

Qui l’eût cru ? Issue de la filière des arts plastiques, me voilà bénévole pour un centre de revalidation pour les espèces animales vivant à l’état sauvage. Timide et en questionnement sur mon orientation professionnelle à venir, j’ai tenté l’expérience du service citoyen et, ayant entendu parler de ces cliniques pour animaux sauvages, j’ai franchi le pas, poussé la porte et proposé mes services. L’accueil fut chaleureux car la charge de travail est importante et les bonnes volontés indispensables au fonctionnement des centres déjà mis à rude épreuve.

L’équipe varie de 3 à 7 personnes selon les jours et les besoins et on m’a directement donné des responsabilités. Accueillir les déposants, nettoyer les cages, nourrir tout ce petit monde du renard au hérisson, de la chouette à l’écureuil… Que de découvertes ! Quel bonheur de relâcher une mésange soignée durant 10 jours ou de voir s’envoler un ramier ressuscité.

Infirmière nature, ça ne s’invente pas, ça se vit ! - La Salamandre

Faucon pélerin

Quel plaisir de trouver sa place dans une équipe de passionnés et de se sentir utile à la nature. Un bel apprentissage pour moi, qui me donne des pistes pour mon avenir, que je vois dorénavant plus dans le secteur de la protection de l’environnement et en action sur le terrain.

Envie de nous rejoindre >

protectiondesoiseaux.be

Vous connaissez des gens qui s’engagent personnellement pour la nature en Belgique ? Alors racontez-nous à info(at)salamandrebelux.net

En France, Valentine Schmidlin s'engage pour lutter contre la barbarie et le braconnage des nids de busards cendrés. Témoignage.

Couverture de La Salamandre n°242

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 242
Octobre - Novembre 2017
Article N° complet

Réagir