Elevages en grippe

Le bécasseau variable en été en Sibérie. / © Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen

Le tapage médiatique programmé hiver après hiver autour de la grippe aviaire mérite une mise au point. Faut-il craindre que des oiseaux sauvages nous transmettent le redouté virus de souche H5N1 ?

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Parmi les migrateurs, seuls des canards ou des oies semblent susceptibles d’être touchés par cette forme particulière de la « grippe des poulets ». Ils en meurent généralement en 48 heures. Absolument rien à craindre donc du côté des martinets ou des fauvettes. Mais qu’en est-il en revanche des dizaines de milliers de canards qui passent l’hiver chez nous ?

© Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen

La progression des foyers de l’épidémie a suivi jusqu’ici les voies de communication humaines comme l’axe est-ouest du Transsibérien, et non pas les chemins migratoires des oiseaux ! C’est le trafic international de volailles élevées dans des conditions sanitaires épouvantables en Chine et ailleurs qui explique la propagation de la maladie. Les quelques canards et cygnes infectés en France ou en Suisse ont sans doute attrapé le virus en Europe orientale. Leur rôle dans cette affaire est très probablement anecdotique.

© Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen
Elevages en grippe ... aviaire - La Salamandre oiseau barge

© Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen

Comme le rappelle Alain Jean, autorité en la matière, pour être contaminé par un canard ou un poulet, il faut « des contacts étroits, prolongés et répétés, dans des espaces confinés, avec des sécrétions respiratoires mais surtout des déjections d’oiseaux infectés ». De telles conditions ont, exceptionnellement, permis le passage du virus des oiseaux à l’homme.

Les oiseaux migrateurs sont les premières victimes de cette grippe aviaire virulente. Ils en constituent donc les premières sentinelles. Accumuler à l’avance des vaccins pour une maladie qui devra muter avant de provoquer une catastrophe sanitaire ne sert malheureusement pas à grand-chose. Seule une amélioration de l’hygiène des élevages asiatiques nous préservera de cette bombe à retardement.

Elevages en grippe ... aviaire - La Salamandre oiseau combattant limicole

© Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen

Au Sud, les combattants variés arpentent les vasières en tenue hivernale (ci-contre). Au Nord, ils étalent leur plumage nuptial exubérant sur les premières plaques de toundra dégelées (ci-dessous).

© Jean-François Hellio & Nicolas Van Ingen

Une autre maladie se propage et cause d'énormes dégâts, la chalarose du frêne. Constatez sa propagation avec notre infographie.

Retrouvez tous les articles du dossier sur la migration : Voyager avec les oiseaux.

Couverture de La Salamandre n°182

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 182
Octobre - Novembre 2007
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir