Tirs sous réserve

Christophe Sahli nous explique pourquoi les populations de sangliers de la plus grande zone humide de Suisse sont régulées.

Avatar de Naïké Trim

Article d'origine par

Chaque hiver, les sangliers sont régulés dans la Grande Cariçaie. Est-ce normal de chasser dans des zones protégées ?

Les tirs ont été autorisés pour contrôler uniquement la population de sangliers. Quelque 400 individus se réfugient dans les réserves de la rive sud du [lac](http://www.salamandre.net/environnement/etang-lac/ Mare) de Neuchâtel en journée et profitent de la nuit pour se nourrir dans les champs voisins. Leurs incursions causent des dégâts importants et coûteux dans les cultures pouvant aller parfois jusqu’à cent mille francs.

Est-il courant de réguler une espèce dans une zone protégée ?

Le sanglier peut être tiré toute l’année dans les cantons de Vaud et de Fribourg. Pour contrer la prolifération de cet ongulé et limiter les dommages qu’il provoque, des tirs sont autorisés dans la Grande Cariçaie depuis 2001. Ils ont lieu sur des périodes de l’année bien définies pour limiter le dérangement des autres animaux : entre mi-octobre et fin décembre dans les réserves d’oiseaux d’eau migrateurs (OROEM) et jusqu’à fin janvier dans les autres réserves.

Aucun impact donc sur les canards, nettes et autres fuligules hivernant…

Ce n’est pas si simple car des ornithologues ont relevé des effarouchements laissant supposer que ces événements bruyants les dérangent. Mais la chasse n’est peut-être pas la seule cause de ce comportement craintif. Le présence humaine visible est de manière générale un grand facteur de dérangement pour les oiseaux. On peut également citer la présence de chiens qui ne sont pas tenus en laisse.

Tirs sous réserve - La Salamandre

© Ambroise Héritier

Les coups de feu présentent-ils un risque pour les promeneurs ?

Si les visiteurs restent sur les sentiers de la Grande Cariçaie, il n’y a pas de danger. De plus, ces tirs ont lieu depuis des affûts surélevés et surtout de nuit. Toutefois, il est plus prudent de ne pas se promener directement dans les marais !

En France, les mangeoires sont des laboratoires scientifiques.

Couverture de La Salamandre n°244

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 244
février - mars 2018
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir