La survivante – étape#41

© Jean-Philippe Paul

Qu'elle semble stressée cette grive musicienne réfugiée au jardin ! Et pour cause, des coups de feu claquent de toute part. On en veut à sa vie.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

Le passage des grives et des merles est spectaculaire cette année. Depuis septembre, les vignes, les aubépines et les prairies sont assaillies par les hordes de migrateurs. Peut-être est-ce la conséquence d'une bonne nidification dans les pays du Nord ? Ou alors est-ce la fructification des arbustes à fruits qui est médiocre cet automne dans ces mêmes régions ? Je parie sur une combinaison des deux explications.

Malheureusement, je ne suis pas le seul à avoir remarqué cette migration extraordinaire et je ne compte plus les coups de fusil qui résonnent depuis des semaines, de l'aube au crépuscule. C'est la guerre ! Par petits groupes, les chasseurs encerclent la moindre haie et abattent les turdidés qui fuient : merle noir, grive draine, grive litorne, grive mauvis et surtout grive musicienne. La virtuose du printemps paye un lourd tribut à cette tradition mortifère.

Que l'on soit pour ou contre, ce n'est pas la question. En toute objectivité, le spectacle qui se joue dans la campagne ces temps-ci a tout d'un massacre organisé. Les chiffres parlent d'eux mêmes : 4,5 millions de grives seraient tuées chaque année en France. Ce tableau de chasse équivaut à 1500 km de grives posées côte à côte, ailes écartées. Soit une fois et demi la largeur de la France et plus de quatre fois celle de la Suisse !

Heureusement, ce passereau chanteur est protégé en Angleterre et en Suisse par exemple. Comment s'insurger contre les exactions commises contre les oiseaux à Malte, au Liban, en Egypte et aux quatre coins de la Méditerranée alors qu'il suffit ici de décréter une espèce chassable pour pouvoir la tuer par millions légalement ?

C'est la question que je me pose devant cette grive musicienne terrorisée dans mon jardin. Une survivante en sursis dans sa longue traversée de la France.

Le 5 novembre 2017 - étape#41

La grive survivante - La Salamandre

© Jean-Philippe Paul

Suivez chaque semaine l'itinéraire de ce voyage plein de surprises 100 % nature entre le jardin et le pas de la porte. Chaque fois, c'est une observation véritable, datée, localisée et illustrée dans ce carnet de route.

Retrouvez l'étape#40 Même pas peur

Une semaine sur deux, Mon voyage au jardin est envoyé par e-mail aux abonnés de la rubrique.

Articles sur le même sujet

Réagir