A la santé de la biodiversité

Vigne aux inter-rangs enherbés. / © Sébastien Poiret

A Chinon, le CPIE Touraine-Val de Loire collabore avec les vignerons pour attirer la nature sur leurs terres.

Avatar de Sébastien Poiret

Article d'origine par

Les vignes n’abriteraient aucune vie sauvage? On ne peut pas être aussi affirmatif en parcourant les vignes du Chinonais. Dans cette partie de la vallée de la Loire, les exploitants ont volontairement commencé à aménager leurs terres pour accueillir les plantes sauvages. Clément Coroller, chargé de mission biodiversité au Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) Touraine - Val de Loire, les accompagne dans cette démarche exemplaire depuis 2012. «Certaines plantations sont maintenant travaillées un rang sur deux et l’herbe qui pousse au milieu ainsi que sur les espaces non productifs n’est plus tondue. Nous avons décidé, en concertation avec les vignerons, d’ensemencer les inter-rangs avec des graines provenant de prairies de fauche gérées par l’association», explique Clément Coroller. Cette année, le CPIE a inventorié la faune et la flore de ces terrains, et les résultats sont encourageants. « Nous avons recensé environ 200 espèces de plantes, mais aussi des oiseaux des champs qui deviennent de plus en plus rares, comme l’alouette lulu. La surprise a été de retrouver 17 espèces de chauves-souris, un signe que les insectes sont aussi de retour», conclut le naturaliste. Ces bonnes nouvelles ont encouragé les cultivateurs à poursuivre leurs actions. Ils ont installé des nichoirs à huppe fasciée et des hôtels à insectes. Ils commencent également à planter des arbres isolés afin de structurer le paysage et d’attirer plus d’oiseaux.
Le CPIE prévoit aussi l’édition d’un guide de la flore des vignes. «Les paysans sont souvent des naturalistes dans l’âme, constate Clément Coroller. Ils sont curieux de savoir ce qui pousse dans leurs vignes. Cet ouvrage répondra à leurs questions et pourrait faire des émules dans d’autres vignobles.»

Les vignerons sont fiers de voir revenir les oiseaux.

Maintenant que les plantations permettent aux plantes sauvages de s’épanouir, le CPIE souhaite mener des actions sur des espèces spécifiques. Leur nouveau projet vise à réintroduire la tulipe des vignes. «Avec sa belle fleur jaune, cette tulipe sauvage serait un bel emblème de notre réussite», s’enthousiasme Clément Coroller.
Les vignerons sont fiers de voir revenir les oiseaux et les plantes au sein de leur exploitation, et ils le montrent sur les étiquettes de leurs bouteilles. On peut désormais déguster une cuvée à l’effigie de la huppe fasciée.

Dans le Jura neuchâtelois, une ville se bouge pour son oiseau fétiche.

Couverture de La Salamandre n°247

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 247
août - septembre 2018
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».