Sept infos sur les vers à tomber par terre

© Lorenzo Dotti

Les vers de terre possèdent des qualités parfois insoupçonnées. Voici sept infos insolites à propos des lombrics et de leurs cousins.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Publié par
vers de terre

© Lorenzo Dotti

Des poils pour ramper

Visqueux et sans pattes, comment le lombric se déplace-t-il dans le sol ? La réponse est sous la loupe ! Vous verrez que chacun de ses anneaux porte des soies. Le ver utilise ces gros "poils" relativement courts comme des harpons : il les accroche dans la terre et s’y appuie pour ramper grâce à des mouvements musculaires… C'est la reptation péristaltique. Touche finale, le mucus qui recouvre son épiderme fonctionne comme un lubrifiant lui permettant de glisser entre grains de sable et brindilles sans se blesser.

vers de terre

© Lorenzo Dotti

Vivre dans le noir

Comme leur prédatrice la taupe d’Europe, les vers de terre sont pratiquement aveugles. Il est assez logique qu’ils ne possèdent pas de véritables yeux : sous terre, il n’y a pas grand chose à voir. Mais grâce à des cellules photoréceptrices sur la tête, ils sont tout de même capables de différencier le jour de la nuit. Ils fuient d’ailleurs la lumière en creusant des galeries dans le sol.

vers de terre

© Lorenzo Dotti

Spaghetti de vers

Pour faire face aux besoins croissants de nourriture, notre société occidentale devra bientôt prendre en considération l’idée de manger… des insectes. Friture de sauterelles, fourmis colombiennes pour l’apéro, criquets à l'ail et au basilique… Mais pourquoi pas aussi des vers de terre ? Chez les Makiritare, un peuple vivant entre le Venezuela et le Brésil, les lombriciens sont régulièrement au menu. Il paraît d’ailleurs que les femmes enceintes qui en incluent dans leur diète n’ont pas de problème d’anémie pendant la grossesse. À déguster sans modération.

vers de terre

© Lorenzo Dotti

Fermez la porte, il y a des courants d'air !

Le lombric terrestre passe le plus clair de son temps dans une galerie creusée en forme de U. Les deux extrémités s’ouvrent à la surface du sol et font office d’entrée et de sortie. De nuit, le ver se glisse dans la litière pour faire ses provisions de matière organique. Quand il rentre, il rebouche immédiatement le tunnel par une déjection. On dit qu’il n'aime pas les courants d’air… Mais en fait il se protège surtout des prédateurs et du soleil.

vers de terre

© Lorenzo Dotti

La terreur de la pluie

Savez-vous pourquoi quand il pleut les lombrics envahissent les routes ou les bords de chemin ? D’abord, la pluie inonde leurs galeries et menace de les asphyxier. Ensuite, l’impact des gouttes sur le sol produit des vibrations drôlement semblables à celles provoquées par l’arrivée d’une taupe affamée. Pas question de rêvasser, d’où la fuite en surface. Le merle noir et d’autres oiseaux auraient compris ce mécanisme et l’utilisent. Ils tapent du bec ou des pattes sur le sol pour attirer les vers hors de leurs tunnels…

vers de terre

© Lorenzo Dotti

Un collier pour les majeurs

Il est impossible de donner un âge précis aux vers de terre. Depuis leur naissance, ils grandissent sans passer par des stades larvaires ou des mues, et le nombre de segments est constant. Les adultes se reconnaissent en revanche des immatures par la présence du clitellum ou collier. Situé dans la partie antérieure du corps, il permet ainsi de distinguer la tête de la queue. De plus, ce manchon est un organe sexuel secondaire : il secrète les cocons qui abriteront les œufs.

vers de terre

© Lorenzo Dotti

Guinness de vers

3 m pour 400 g ! Telles sont les mensurations exceptionnelles de Megascolides australis ou vers géant de Gippsland. Cette espèce australienne pourrait vivre jusqu’à 20 ans. Découvert en 2009, Martiodrilus crassus, un de ses cousins équatoriaux, ne mesure que 1,5 m mais a un diamètre de plusieurs centimètres. Sous nos latitudes, le record de taille est détenu par Lumbricus terrestris, qui atteint 25 à 30 cm et survit une dizaine d’années. A noter qu’à l’opposé, certains vers inféodés à la litière ne mesurent que 1 à 2 cm au stade adulte.

En savoir plus sur les lombrics, jardiniers de l'ombre.

Articles sur le même sujet

Réagir