Observer les habitants de l’épicéa

Epicéas sous une bonne couche de neige / © Laurent Willenegger

L'épicéa est un garde-manger très apprécié par l'écureuil et le bec-croisé, qui laissent souvent des traces de leur repas. Nos conseils pour mener l'enquête.

Avatar de Laurent Willenegger
- Mis à jour le
Article d'origine par
Observer les habitants de l'épicéa

«L'écorce de l'épicéa est rugueuse, tortueuse, et offre une richesse infinie de formes. Couvre le tronc jusqu'à la cîme: une armure efficace.» / © Laurent Willenegger

Ecorce pleine de vie

Loin d'être un simple élément du décor, l'écorce des épicéas révèle la présence et l'activité d'espèces comme les pics ou les sittelles : loges creusées, coups de becs pour dénicher des larves, fissures utilisées pour coincer et consommer des noisettes ou des pignes.

Observer les habitants de l'épicéa

Bec-croisé des sapins mâles en train de décortiquer un cône d'épicéa. / © Laurent Willenegger

Perroquets indigènes

Pour avoir plus de chances d'observer des becs-croisés, il vaut mieux s'installer sur des hauteurs permettant d'observer des cimes d'arbres en contrebas.

Observer les habitants de l'épicéa

Les cônes décortiqués par le bec-croisé sont aisément reconnaissables. / © Laurent Willenegger

Les fentes laissées par le bec du bec-croisé dans les écailles de pignes sont un signe sûr de la présence de l'oiseau.

Observer les habitants de l'épicéa

Cône rongé par un écureuil et détail de ses écailles. / © Laurent Willenegger

Les traces de l'écureuil sont souvent observées entre deux arbres, quand il n'a pas sauté de branche en branche. Sa façon d'éplucher les cônes d'épicéa ne laisse aucun doute sur l'identité du coupable : extrémités du cône et écailles sectionnées tout net.

Empreintes d'écureuil / © Laurent Willenegger

Pour aller plus loin

Miniguide 37 Pic et pic et compagnie

Miniguide 13 Pister les rongeurs en forêt

Miniguide 35 Arbres résineux

Miniguide 24 Reconnaître les écorces

Guide des lichens de France, lichens des arbres, Chantal van Haluwin et Juliette Asta, éd. Belin

Pour en savoir plus sur le petit monde qui gravite autour des épicéas et les formidables capacités d'adaptation de ce résineux, consultez notre article associé Mon beau sapin.

Couverture de La Salamandre n°201

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 201
Décembre 2010 - Janvier 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir