Mon beau sapin

Epicéas recouverts de neige semblent dorés sous le soleil. / © Laurent Willenegger

Ça y est, la neige est là. Les sapins saupoudrés de blanc semblent tout droit sortis d'un conte de Noël. Des sapins, vraiment ?

Avatar de Laurent Willenegger
- Mis à jour le
Article d'origine par

Qu'on ne s'y trompe pas ! Le « sapin » qu'on orne de boules et de guirlandes colorées est souvent un épicéa. Son écorce aux tons rougeâtres lui vaut aussi le nom de « sapin rouge », par opposition au « vrai » sapin blanc. Encore plus résistant que ce dernier, adapté aux climats les plus rudes, l'épicéa est l'arbre des montagnes par excellence. S'accrochant au flanc des coteaux, il peut pousser dans les zones les plus inaccessibles. A des années-lumière des emballages bariolés entassés au pied d'arbres coupés et aux épines miteuses, ce cadeau de l'hiver s'étale en sauvages futaies poudrées d'argent.

Forêt d'épicéas ou pessière / © Laurent Willenegger

L'architecture de l'épicéa présente de nombreuses variations, en grande part liées à ses conditions de vie. Dans les endroits les plus enneigés, une silhouette aiguë lui permet de limiter la casse des branches sous le poids de la neige.
Dans de bonnes conditions, il pourra atteindre plus de 50 m de haut et vivre plus de 500 ans.

Mon beau sapin

Jeune épicéa enseveli sous la neige / © Laurent Willenegger

Si la neige mène la vie dure aux grands arbres, elle a par contre un effet protecteur pour les plus jeunes. Recouverts d'une épaisse couche blanche formant un igloo naturel, ils sont protégés du vent et des forts écarts de température.

Mon beau sapin

Une grosse couche de neige protège les jeunes épicéas. / © Laurent Willenegger

Mon beau sapin

Même par temps de gel, l'épicéa continue son activité de photosynthèse. / © Laurent Willenegger

Le gel peut faire éclater les tissus végétaux et entraîner de gros dégâts. Les défenses de l'épicéa combinent des mécanismes actifs et passifs qui lui permettent de résister à des températures record de -60 °C au cœur de l'hiver. L'écorce ainsi que la couche cireuse des aiguilles agissent comme des isolants toute l'année. L'hiver, l'arbre se met au ralenti et ses cellules se gorgent de substances antigel. Mais ce n'est pas parce qu'il est vert toute l'année que l'épicéa ne perd pas d'aiguilles. L'arbre ne se dénude pas comme les feuillus : ses épines persistent sur les rameaux pendant plusieurs années avant de chuter à l'automne.

Mon beau sapin

«Lichen typique trouvé sur la neige, sous un épicéa. Lièvres et chevreuils en sont friands et profitent d'y accéder lorsqu'une grosse branche tombe.» / © Laurent Willenegger

Résistants, des lichens arrivent à coloniser le milieu inhospitalier des écorces d'épicéa. Connues sous le nom de mousse de chêne, deux espèces ressemblantes ( Evernia prunastri et Pseudevernia furfuracea ) sont utilisées dans la fabrication et la fixation des parfums. Traditionnellement utilisées contre les problèmes respiratoires, elles possèdent aussi des propriétés antibactériennes. La mousse de chêne entrait dans la composition du mélange qu'utilisaient les Egyptiens pour embaumer leurs morts.

L'hiver, la forêt semble déserte. Toutefois, le silence est parfois brisé par des cris flûtés qui se répondent. En scrutant la cime des arbres, on aura peut-être la chance d'observer des oiseaux aux tons orangés ou verts, un peu plus gros et massifs que des pinsons. Leurs couleurs et leur bec puissant rappellent étrangement des perroquets. En petits groupes, les becs-croisés vadrouillent d'arbre en arbre à la recherche de leur mets préféré : la graine d'épicéa.

Mon beau sapin

Bec-croisé des sapins femelle / © Laurent Willenegger

Notre "perroquet" insolite

Le bec-croisé peut se reproduire toute l'année, pour peu qu'il trouve une ressource alimentaire suffisante. Erratique, l'espèce peut effectuer des déplacements importants l'hiver : certaines années, on observe de véritables invasions provoquées par l'afflux d'oiseaux du nord de l'Europe. Le bec-croisé utilise la particularité de ses mandibules asymétriques pour se nourrir : prenant appui sur sa mandibule inférieure, il soulève chaque écaille protectrice du cône avec la mandibule supérieure, dans un mouvement de levier. L'écaille est fendue, pendant que la graine est extraite avec la langue. Il commence généralement par la base du fruit et remonte méthodiquement en spirale.

Mon beau sapin

© Laurent Willenegger

Selon le sens de croisement de son bec, l'oiseau ouvrira les écailles en inclinant sa tête à droite ou à gauche : chez les becs-croisés, il y a des gauchers et des droitiers !

Mon beau sapin

Ce bec-croisé des sapins mâle décortique un cône d'épicéa. / © Laurent Willenegger

Acrobate, un mâle aux couleurs vives atterrit à l'extrémité d'une branche, qui ploie sous son poids. En se penchant, il saisit adroitement la base d'un fruit et la sectionne. S'aidant d'une de ses pattes, il hisse ensuite la pive sur un perchoir plus stable et dégagé pour la déguster confortablement.

Mon beau sapin

Restes de repas de l'écureuil roux / © Laurent Willenegger

En hiver, les graines de l'épicéa sont également recherchées par l'écureuil roux. Les graines d'épicéa sont munies d'une ailette favorisant leur dispersion. Elles s'envolent généralement aux premiers jours secs de l'hiver (celles du sapin blanc, plus précoces, se détachent à l'automne). Riches en graisse, protéines et phosphore, elles sont appréciées de nombreux gourmets.

En pratique

Pour observer le petit monde qui gravite autour des épicéas, lisez nos conseils.
Amusez-vous à distinguer l'épicéa du sapin blanc

Lisez aussi ces livres riches en infos:

  • Histoires d'arbres, Philippe Domont et Edith Montelle, éd. Delachaux et Niestlé
  • Le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux, Pierre Lieutaghi, éd. Actes Sud
  • La Hulotte « Spécial épicéa» (N°36-37)
Couverture de La Salamandre n°201

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 201
Décembre 2010 - Janvier 2011
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir