Le peuple des toits

De nombreux oiseaux ont adopté les toits comme lieux de nourrissage et de repos. / © Jean Chevallier

Des rangées de tuiles, des coups d'aile colorés. Observez la multitude d'oiseaux qui squattent les toits des voisins, à l'instar du peintre Jean Chevallier, qui les a croqués de son pinceau.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

Le toit. Domaine des ramoneurs et des couvreurs ? Pas seulement. Loin de la frénésie humaine au pied des immeubles, les toitures constituent une enclave reposante pour les oiseaux. Un éloignement vertical garant de tranquillité et offrant gîte, terrain de chasse et nourriture.

« Le mâle du rougequeue sera le premier à revenir au printemps prochain occuper son pignon favori. » / © Jean Chevallier

Le faîte d'un toit sert souvent de perchoir pour un migrateur très territorial, le rougequeue noir. On le reconnaîtra facilement aux balancements frénétiques de sa queue, de haut en bas. Pendant qu'il chante, le matin ou en fin de journée, des moineaux friquets construisent un nid d'herbes et de plastique pour élever leurs petits, juste sous la gouttière. Les toits assument un rôle fondamental dans les villes et les villages. Les oiseaux profitent de ces substituts de milieux naturels souvent devenus rares, à l'image des dalles rocheuses ou des pentes rases.

Quand l'épervier passe par là...

Plus d'infos

En pratique, voici nos conseils pour observer la vie des toits.

Virée sur les toits des villes avec une écologue urbaine.

Des vanneaux huppés élisent domicile sur les toits des villes !

Couverture de La Salamandre n°210

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 210
Juin - Juillet 2012
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir