Orthoptères, quand l’herbe chante

Ce soir-là, peu avant la nuit, l’herbe s’est mise à résonner d’un appel printanier bien connu. Trii, trii, trii : presque sous chaque marguerite se cache un petit terrier. Trii, trii, trii : prudemment posté devant son trou se tient un soliste noir et distingué : le grillon. Trii, trii, trii : ses deux ailes vibrantes font chanter la prairie. Semaine après semaine, le concert des grillons s’enrichit d’autres musiciens pour se transformer aujourd’hui, aux plus belles heures de l’été, en une incroyable symphonie de cliquetis, trilles et crécelles de toutes sortes. Sous le soleil, l’air chaud vibre de mille instruments, élytres frémissants des sauterelles, râpes stridulantes et archets dentelés des criquets. Beaucoup de ces artistes spectaculaires sont faciles à observer. Voilà une excellente raison de nous accroupir dans les prés, pour dresser l’oreille et baisser les yeux à la rencontre des musiciens de l’herbe…