Le grand terrier

Des sapins, quelques hêtres, trois souches à fleur de pente. C’est un petit bois de rien du tout au milieu du pâturage. Et c’est là pourtant que tout se passe. Un talus de terre qui pourrait être à côté de chez vous. Une tanière comme une autre, sauf que celle-ci était nichée en Gruyère, tout près de chez Jacques Rime. Le peintre amoureux des renards et des blaireaux y a veillé des dizaines d’hivers et de printemps. Pour attendre. Le cœur battant. Sans jamais vivre deux fois le même affût. Sans jamais savoir ce qu’allait lui réserver le prochain soir. Bienvenue au théâtre des surprises.


Les blaireaux et leur terrier / © Jacques Rime