Un rêve de marcassins

Fratrie de marcassins endormis. Spontin (Ardennes belges), le 2 juin 2011 à 11 h 21. / © Christophe Salin

Le photographe Christophe Salin a compté juste. Quatre mois après avoir été le témoin d’un flirt furtif entre sangliers, il a trouvé la jeune tribu de marcassins. Récit à l’ombre des fougères.

Avatar de Christophe Salin
- Mis à jour le
Article d'origine par

Tout commence une froide journée de janvier. Je me promène dans un bois avec un ami photographe. Soudain, dans une hêtraie parsemée de plaques de neige, nous tombons sur une laie. La grosse bête est en chaleur car elle attire les faveurs d’un grand mâle. Le groin accolé au postérieur de la femelle, le sanglier totalement excité hume ses effluves… Prémices d’accouplement ?

Plein d’espoir, j’arpente les bois pour croiser peut-être la route de la fratrie de sangliers.

3 mois, 3 semaines et 3 jours ! Pendant toute la durée de la gestation, je garde ce souvenir au chaud dans un coin de ma tête. En attendant, je ne me suis pas ennuyé. J’ai profité du printemps pour explorer d’autres horizons : la vie intime du cincle plongeur sur la petite rivière voisine, les jeux des renardeaux installés sur le coteau forestier ou les premiers pas des faons de chevreuil dans le bocage… Les sujets ne manquent pas à cette saison.
Puis voici enfin la fin mai. D’après mes calculs, il est temps de retourner dans le coin des bêtes noires pour un repérage. Plein d’espoir, j’arpente les bois pour croiser peut-être la route de la fratrie de sangliers. Après une recherche méticuleuse, voici aux abords d’une clairière remplie de fougères un premier indice prometteur : un chaudron ! C’est dans cette sorte de nid que la laie a probablement mis bas les marcassins. L’abri est constitué de branchages fraîchement sectionnés, au feuillage à peine fané.

Dès le lendemain, je poursuivrai ma quête…

Cette découverte me rend euphorique. Le gîte est visiblement abandonné et la troupe de marcassins et leurs parents ont probablement déjà pris le chemin du sous-bois. Dès le lendemain, je poursuivrai ma quête… Pendant plusieurs jours, je piste discrètement les pérégrinations de la petite compagnie. Le soir, dans la futaie sombre, j’aperçois le dos noir d’un sanglier. Quelques instants plus tard, une boule de poils se faufile entre les pieds des fougères. Enfin la première rencontre ! La famille se compose de cinq jeunes marcassins et de leur mère. Quant au père, il est déjà reparti pour vivre sa vie paisible de mâle solitaire.

Au fil des jours, les tête-à-tête se répètent. Aux abords de chemins forestiers, la vue dégagée me permet de détecter le pyjama rayé des marcassins. Le quotidien des cochonnets se résume à quelques activités insouciantes : fouiller la litière du sous-bois avec leur petit groin à la recherche de lombrics, se frotter contre les souches pour se débarrasser des parasites ou, plusieurs fois par jour, téter du lait de leur mère. Ce long apprentissage de vie leur demande beaucoup d’énergie. Agés d’à peine deux semaines, les marcassins se fatiguent vite. Une bonne sieste entre fougères et feuilles mortes… et c’est reparti pour explorer le monde !

Propos recueillis par Alessandro Staehli

Marcassins apprentis guerriers

Les jeunes marcassins passent l’essentiel de leur temps à jouer, à se poursuivre ou à simuler des combats. Ces duels innocents peuvent paraître violents et donnent parfois lieu à des scènes insolites… de véritables joutes dignes de la lutte gréco-romaine. Les grognements contribuent beaucoup à la communication. Avec les interactions physiques, ils constituent probablement la base des futurs liens hiérarchiques au sein du groupe.

Lait de laie

Dès leur naissance, les marcassins ont les yeux ouverts et se tiennent debout. Tout jeunes, ils n’ont qu’une envie : biberonner le lait riche en matière grasse de leur mère. Tous les trois quarts d’heure, ils tètent pendant quelques minutes. A partir de la quatrième semaine, chaque marcassin s’approprie les droits d’accès à un mamelon précis. Il le monopolise avec conviction jusqu’au sevrage qui surviendra deux mois plus tard.

Christophe Salin

http://christophesalin.com

  • 1970 Naissance en Sarthe
  • 1990 Commence la photo avec un reflex argentique
  • 1997 Doctorat en écologie
  • 2012 Photographe professionnel
Couverture de La Salamandre n°228

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 228
Juin - Juillet 2015
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir