Un pont pour sauver les écureuils

© Fotolia

Katrin Annaheim mise sur l’écuroduc pour sauver ses protégés.

Avatar de Sofia Matos
- Mis à jour le
Article d'origine par

Sur la route pour me rendre au travail, il y a un passage dangereux pour les écureuils, entre Pontenet et Loveresse, dans le Jura bernois. Là, les rongeurs n’ont d’autre choix que de traverser la chaussée au péril de leur vie. Surtout au printemps, pour trouver un partenaire et construire leur nid. J’ai vu des quantités d’écureuils écrasés. Très touchée, j’ai d’abord songé à faire baisser les limitations de vitesse de 80 à 60 km/h. Puis j’ai entendu parler de l’écuroduc. Il s’agit d’un pont suspendu entre deux arbres maintenu en tension par un système de poulie et de contrepoids. Une corde de sécurité complète le dispositif pour qu’il ne tombe pas.

L'écuroduc : un pont pour sauver les écureuils

© Ambroise Héritier

La commune était tout de suite d’accord et l’information est vite passée au service des Ponts et Chaussées. J’ai fait appel à mon ami Pierre, élagueur, pour installer l’écuroduc. Une manœuvre assez technique avec corde arrimée à 8 m de haut ! En une demi-journée, c’était fait. Mais auparavant, il a fallu des semaines de préparation entre la recherche de renseignements, de financements à hauteur de 500 francs et surtout de matériel. J’ai trouvé la poulie au bord du lac de Bienne et commandé la corde dans le port de Hambourg. Efforts récompensés : le passage aérien est visiblement adopté car, depuis août, pas un seul écureuil n’a été retrouvé écrasé.

Découvrez notre dossier complet sur l'écureuil.

Couverture de La Salamandre n°250

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 250
Février - Mars 2019
Article N° complet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».