Un papillon pour prénom

Le Breton Sylvain Leparoux a observé et dessiné les belles-dames au printemps 2013 pour illustrer ce dossier de La Salamandre.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

Vous dessinez souvent des papillons ?

Moins souvent que les oiseaux. Ce projet vanesses était une belle occasion de m’y mettre à fond. Les papillons comptent pour moi car mon père m’a initié très jeune à leur détermination.

Sylvain Leparoux

Un beau sujet pour un peintre ?

Bien sûr ! Mais les contraintes sont multiples : symétrie des ailes, disposition des taches et des zones colorées, le tout avec un sujet vivant qui bouge. Au final, mon instinct a fait place à une grande concentration. Heureusement, les belles-dames sont plutôt calmes lorsqu’elles butinent. Elles peuvent rester de longues minutes sur la même fleur à quelques centimètres du visage si on ne fait pas de geste brusque.

Vous avez observé tout le cycle de la belle-dame ?

Hélas, je n’ai pas trouvé de chenille en nature. J’ai donc dû faire un petit élevage à la maison pour la plus grande joie de mes filles. L’émergence du papillon ne dure que quelques secondes : un véritable défi pour le dessinateur !

Un souvenir particulièrement fort ?

Le 26 juin, en voyage en pleine toundra norvégienne, au-delà du cap Nord, j’ai croisé une belle-dame en migration. Magique !

Couverture de La Salamandre n°222

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 222
Juin - Juillet 2014
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir