Un jardin au rythme de la nature

© pexels

En plus de son métier de paysagiste, Gabrielle Arnould a créé un jardin en accord parfait avec la nature chez elle, en Chartreuse.

Avatar de Sébastien Poiret
- Mis à jour le
Article d'origine par

Il y a sept ans, j’ai réalisé mon rêve : créer un jardin intégré à un espace naturel à deux pas de chez moi. J’habite le massif de la Chartreuse, une terre sauvage qui regorge de trésors géologiques et floristiques. Pendant deux ans, j’ai observé l’organisation et les rythmes de la nature sur un terrain d’un demi-hectare.
Avec mon œil de paysagiste, j’ai décelé une dépression sous les chardons, juste sur la trajectoire de quatre sources qui assurent une ressource en eau pure et gratuite au printemps et à l’automne. Voilà le début de l’histoire du jardin Les Méliades. La mise en valeur de cette surface suit les principes de la géobiologie et de la permaculturure. Ce jardin se veut comme un lieu d’observation, d’expérimentation et de partage des secrets d’une nature laissée libre. De manière autonome, je produis des fruits et des légumes pour le bonheur de ma grande famille de cinq enfants.

Un jardin au rythme de la nature - La Salamandre

© Ambroise Héritier

Toute ma tribu a adopté cette nouvelle approche du jardinage. Ma fille, qui fait ses études en ville, revient même le week-end pour cultiver son potager. Le plus beau dans cette histoire, c’est que chacun de nous trouve une occupation au jardin, que ce soit la récolte de trésors, l’observation de libellules, le sauvetage de têtards ou la recherche de végétaux pour la vannerie. Je crois avoir remporté mon challenge : mettre en place un espace cultivé durable sans déranger l’équilibre de la nature au profit de l’humain.

Vous connaissez des gens qui s’engagent personnellement pour la nature ? Alors racontez-nous > courrier(at)salamandre.net

En Suisse, Jérémy Savioz s'engage pour nettoyer les déchets abandonnés par les skieurs.

Continuez votre lecture avec le témoignage de Samuel Demont qui s'engage pour la nature.

Couverture de La Salamandre n°243

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 243
Décembre 2017 - Janvier 2018
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir