Un temps dans la baie

Grands labbes | 12 janvier 2016 | crayon graphite et aquarelle / © Benoît Perrotin

Comme un migrateur en halte, l’artiste vendéen Benoît Perrotin a posé son chevalet dans la baie de l’Aiguillon qu’il connaît si bien. Extraits d’un carnet grandeur nature.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

Benoît Perrotin

Artiste et illustrateur naturaliste

«Assis face à l’étendue de sable, d’eau et de ciel, je ressens une sensation étrange comme si quelque chose allait surgir. Alors, je m’incline devant l’océan. Ici, il s’est engouffré maintes et maintes fois pour recouvrir et rassasier un ventre vaseux, puis se retirer pour dévoiler la propre image du ciel.

La baie de l’Aiguillon, je l’ai arpentée durant quatre années. J’ai eu la sensation d’être seul au monde, d’avoir assouvi un besoin d’espace, savouré les humeurs du lieu. Et parfois le sentiment d’être là au bon moment pour saisir une composition éphémère ou la variation fugace des couleurs d’un oiseau migrateur.

J’ai aussi souffert de la platitude de cet espace et espéré de la verticalité dans les paysages. J’ai alors peint les mirages sur l’horizon, comme des fenêtres sur l’ailleurs. Puis un jour, j’ai posé la vase directement sur le papier. La communion avec le lieu est devenue totale.»

Livre Baie de l’Aiguillon par Benoît Perrotin, Editions Hesse - editionshesse.com 192 p. / Parution septembre 2017

Coulisses. Pour admirer d'avantages de peintures, découvrez ici le récit du peintre naturaliste Benoît Perrotin, sur leur élaboration.

Couverture de La Salamandre n°241

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 241
Août - Septembre 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir