Super Mola étoile géante

© Cyril Girard, editions-mediterraneus.fr

Une fois adulte, il en impose le poisson-lune ! Portrait d’un mastodonte qui nage en maître des océans, sans crainte des prédateurs.

Avatar de Jean-Philippe Paul

Article d'origine par
Chargement

Bras rikiki : Nageoires pectorales réduites et rondes, peu visible sous l’eau.

Ventil’eau : Ouvertures branchiales de petite taille.

Bon œil : Gros globes oculaires pour une bonne acuité visuelle, meilleure que celle des requins et de certains cétacés. Pour supporter la pression des eaux profondes, chaque œil est entouré d’une cavité contenant un liquide.

Aspir’méduse : Dents et mâchoires soudées en un bec formé de deux lames dentaires. Rangées de dents arquées dans la gorge.

Y’en a pas : Absence de nageoire pelvienne au niveau du ventre. Accentue l’impression de tête nageuse.

Aileron miroir : Nageoire anale très développée qui propulse comme une rame verticale synchronisée avec la nageoire dorsale.

Fausse queue : Clavus issu de la transformation de la nageoire caudale au cours de l’évolution. Prend naissance à la convergence des nageoires dorsale et anale.

Combi : Peau rugueuse, épaisse de 3 à 8 centimètres, qui représente 26 à 44% du poids de l’animal. Recouverte d’écailles invisibles et non imbriquées. Mucus abondant. Coloration blanc à bleuté ou brun selon les poissons et la répartition des taches.

Aileron inoffensif : Nageoire dorsale propulse dans l’eau simultanément au mouvement symétrique de la nageoire anale. Son agitation la différencie d’un aileron rigide de requin.

Chargement

Aspir’méduse: Dents et mâchoires soudées en un bec formé de deux lames dentaires. Rangées de dents arquées dans la gorge.

Leste majesté : Masses osseuse et cartilagineuse concentrées à l’arrière du corps. Avantageux pour grandir sans trop peser.

Record : boss des os

Dans la catégorie poids lourd des poissons osseux, le gagnant est… Mola, avec un poids atteignant 2,3 tonnes ! Le requin-baleine est bien plus lourd avec 34 tonnes, mais il joue dans une autre catégorie, celle des poissons cartilagineux (requins et raies).

Un air de famille

Mola mola une des 3 espèces de poisson-lune

© Cyril Girard, editions-mediterraneus.fr

Mola mola

Tête profilée, corps plutôt ovale et clavus crénelé.

Mola alexandrini une des 3 espèces de poisson-lune

© Cyril Girard, editions-mediterraneus.fr

Mola alexandrini

Face massive avec front et menton bombés, corps rectangulaire et clavus très arrondi.

Mola tecta une des 3 espèces de poisson-lune

© Cyril Girard, editions-mediterraneus.fr

Mola tecta

Le plus grand des trois. Clavus lisse avec un creux au milieu. Découvert en 2014 en Nouvelle-Zélande.

Couverture de La Salamandre n°247

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 247
août - septembre 2018
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».