Sex tape chez les grillons

Grillons en train de s'accoupler / © Benoît Perrotin

Pour liquider quelques préjugés sur le grillon, des chercheurs ont déployé 64 minicaméras dans une prairie. Scoops !

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Que sait-on de la vie intime des grillons champêtres ? Voici une femelle habituellement casanière qui se promène courageusement loin de son trou. Que fait-elle ? En 1913, un professeur de lycée autrichien eut l'idée de faire chanter un grillon mâle dans un téléphone. Irrésistiblement l'écouteur attirait les femelles ! C'est donc bel et bien à l'oreille que notre héroïne se dirige vers un partenaire éventuel.
Quand il la voit venir, le mâle surexcité change de tonalité. Il abaisse un peu les élytres. Son chant devient plus doux. Il porte moins loin. Il ne s'adresse plus à tout le voisinage, mais spécifiquement à celle qui se tient devant lui. Il lui tourne autour, vérifie son identité et son sexe en la palpant des antennes. De son côté, elle évalue son prétendant à la qualité de son chant et en goûtant elle aussi des antennes la surface de son corps.

Faire durer la bagatelle

Une fois convaincue, la grillonne laisse son partenaire se glisser sous elle. Il expulse un petit sac blanc contenant sa semence et fixe ce spermatophore dans les voies génitales de sa partenaire. Elle entreprend alors de détacher cette chose nourrissante pour la manger, histoire d'accumuler des protéines avant de produire ses œufs. Et lui essaie de détourner son attention suffisamment longtemps de cette gourmandise pour que les spermatozoïdes aient le temps de migrer dans ses entrailles.

« Le mâle essaie de se glisser sous la femelle. » / © Benoît Perrotin

Se taire et attendre

Quelle mouche a donc piqué Tom Tregenza et ses collègues de l'Université d'Edimbourg ? Entre 2006 et 2009, les scientifiques ont installé 64 caméras à infra­rouge dans une prairie du nord de l'Espagne. Les 151 grillons présents ont tous été soumis à des tests d'ADN pour déterminer leur parenté, puis marqués sur le dos avec un numéro.
Deux cent cinquante heures de tournage et d'analyse plus tard, les scientifiques apportent un éclairage nouveau sur le sujet. D'abord, certains grillons ne chantent pas. Ils attendent à proximité d'un choriste et interceptent la femelle au passage. Se taire limite les risques d'être localisé par un prédateur. Ensuite, les combats entre voisins fixent une hiérarchie très précise entre mâles. Etonnamment, les dominants n'ont pas plus de succès auprès des femelles que leurs rivaux malheureux. En revanche, la qualité supérieure de leur sperme leur assure une descendance plus nombreuse.

Mourir pour sa descendance

Ultime découverte : jusqu'ici, on pensait que le mâle restait avec la femelle après l'accouplement pour empêcher d'autres rencontres. Eh bien non ! L'irruption d'un rival post coïtum ne provoque généralement aucune agressivité. En revanche, si c'est un prédateur qui survient, Monsieur laisse Madame se cacher avant lui dans son propre trou. Le malheureux paie presque toujours de sa vie cette diversion altruiste. Son sacrifice est en tout cas un bel exemple de coopération entre les sexes.

Couverture de La Salamandre n°216

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 216
Juin - Juillet 2013
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir