Saxifrage dorée aux soins intensifs

La saxifrage dorée, une des plantes les plus rares de Suisse. / © Christophe Randin MJBC

Transplantations réussies dans le Jura vaudois pour la protection de l’une des plantes les plus rares de Suisse.

Avatar de Nathalie Jollien
- Mis à jour le
Article d'origine par
Saxifrage dorée aux soins intensifs - La Salamandre

De jeunes pousses cultivées de saxifrage dorée sont transplantées dans le marais de la Trélasse. / © Christophe Randin MJBC

Même avec des fleurs d’un beau jaune éclatant, la saxifrage dorée est une petite plante discrète. Il faut presque être un spécialiste pour la voir. D’autant plus qu’elle est extrêmement rare et menacée en Europe. Celle que l’on surnomme pour des raisons obscures œil-de-bouc pousse dans des sols marécageux et des marais tourbeux. Un habitat devenu peu courant suite à leur assèchement par drainage et à l’apport excessif d’engrais.

En Suisse, la saxifrage dorée a toujours été rare, mais on la trouvait encore autrefois à plusieurs endroits dans le Jura, de la Dôle jusqu’à Tavannes, dans le canton de Fribourg, au-dessus de Zoug et près d’Einsiedeln (SZ). Selon Christophe Randin du Jardin botanique de Lausanne, «depuis les années 1950, elle ne subsiste plus qu’à un seul endroit dans la combe des Amburnex près du col du Marchairuz». Fort heureusement, dans cette seule et unique population restante, la fleur menacée fleurit en quantité sur une surface de deux à quatre hectares.

La saxifrage se reproduit surtout avec des stolons qui forment un réseau de tiges souterraines reliant les plantes entre elles. Ce mode de multiplication limite fortement sa capacité d’expansion. Dès lors, même si la population des Amburnex se porte bien, la survie de l’espèce est mise en danger du fait de son isolement. Un petit coup de main était donc le bienvenu

«On ne la trouvait plus qu’en un seul endroit de Suisse! »

«Nous avons effectué deux opérations de transplantation de saxifrages dorées en 2015 puis en 2016 dans le cadre du programme de sauvegarde mis en place par le canton de Vaud, explique le biologiste. Pour être sûr que cela marche, il a fallu déplacer des blocs entiers de terrains avec toute leur végétation depuis la combe des Amburnex jusqu’au marais de la Trélasse situé à proximité de Saint-Cergue.»

Saxifrage dorée aux soins intensifs - La Salamandre

De jeunes pousses cultivées de saxifrage dorée sont transplantées dans le marais de la Trélasse. / © Christophe Randin MJBC

Opération réussie puisque les plantes transplantées ont fleuri et que les stolons se sont étendus dans leur nouveau territoire. En parallèle, des graines récoltées sur le terrain en 2015 ont été cultivées par le jardin alpin de Pont-de-Nant. «Un lieu tout indiqué puisqu’il offre les mêmes conditions climatiques que Les Amburnex», détaille Christophe Randin. Les jeunes pousses obtenues ont ensuite été plantées à la Trélasse en 2016. On saura cet été si cet méthode fonctionne elle aussi.

En France également, on se mobilise pour la saxifrage dorée. Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté prévoit d’en replanter quelque 10'000 pieds dans les montagnes jurassiennes. Un heureux renouveau pour la belle des marais.

Plus d'informations avec notre article.

Couverture de La Salamandre n°239

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 239
Avril - Mai 2017
Article N° complet

Réagir