Pourquoi les sapins ne perdent-ils pas leurs aiguilles en automne ?

© Benoît Renevey

Jonathan Kiesling, botaniste et chargé de cours à l'Université de Neuchâtel, nous explique la technique que les sapins ont adoptée pour passer l'hiver.

Avatar de Nathalie Jollien
- Mis à jour le
Article d'origine par
Pourquoi les sapins ne perdent-ils pas leurs aiguilles ? - La Salamandre

Jonathan Kissling, botaniste et chargé de cours à l’Université de Neuchâtel

Si, ils les perdent, mais pas toutes en même temps. En fait, les arbres ont deux stratégies pour affronter l’hiver. La première consiste à produire de grandes feuilles qui sont des capteurs solaires extrêmement performants. Malheureusement, celles-ci sont sensibles au gel et aux herbivores. La plante a donc avantage à se défaire de ses feuilles en automne, éliminant, au passage, les pucerons et autres herbivores indésirables. Leur renouvellement printanier lui coûtera beaucoup d’énergie. C’est la façon de faire de presque tous les feuillus.

Et la seconde option ?

Chez d’autres arbres, les feuilles sont beaucoup plus petites et donc moins efficaces pour capter la lumière. Ce désavantage est compensé par une très bonne résistance au froid et aux prédateurs, grâce notamment à la fine couche cireuse qui les recouvre. La durée de vie de ces feuilles particulières, appelées aiguilles, est considérablement allongée : jusqu’à 40 ans pour certaines espèces. C’est cette stratégie qui est utilisée par presque tous les conifères; des arbres jamais complètement nus.

* Conifère

Nom masculin

Arbre ou arbuste du sous-embranchement des gymnospermes dont le fruit est un cône (pive). Il en existe plus de 550 espèces : pins, sapins, cèdres, cyprès, mélèzes, genévriers, séquoias, ifs… Les plus hauts, les plus lourds et les plus vieux êtres vivants sur Terre sont des conifères.

Pourquoi et quand ces aiguilles tombent-elles ?

Toutes résistantes qu’elles soient, elles ne sont pas immortelles pour autant. Les résineux conservent plusieurs générations d’aiguilles sur leurs branches. Seules les plus anciennes finissent par tomber par un processus normal du vieillissement. Habituellement, ce sont celles placées au centre de l’arbre, au plus proche du tronc.

Que dire du mélèze ? Un conifère qui perd pourtant la totalité de ses aiguilles à la mauvaise saison.

C’est une exception, le seul conifère d’Europe dans ce cas. Arbre typique des montagnes, le mélèze pousse jusqu’à 2400 mètres d’altitude, là où la plupart des autres arbres ne peut pas survivre. S’il gardait ses aiguilles, ses branches casseraient très probablement sous le poids de la neige.

Découvrez le mélèze avec la Minute Nature : Mélèze, arbre de lumière

Pour reconnaître les arbres résineux: pins, sapins, épicéa, mélèze et if, munissez-vous du Miniguide n°35 de La Salamandre : Arbres résineux.

Couverture de La Salamandre n°242

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 242
Octobre - Novembre 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir