La Salamandre soutient la plantation de vergers en Franche-Comté

Les vergers fédèrent nature, culture et vie sociale, pour le plus grand bonheur de la chevêche d’Athéna. / © Frederic Desmette

Pour fêter son 250e numéro, La Salamandre va planter des dizaines d’arbres avec l’association comtoise Vergers Vivants. Rencontre.

Avatar de Jean-Philippe Paul

Article d'origine par

Des arbres fruitiers de part et d’autre du Jura franco-suisse comme symbole de longévité d’une nature sans frontière ? Voilà l’idée de La Salamandre pour célébrer son 250e numéro ! Coup de chance, deux organisations œuvrent pour pérenniser les vergers haute-tige entre Porrentruy et Montbéliard.
Versant français, l’association Vergers Vivants est aux manettes. L’institution est née à Vandoncourt, dans le Doubs, il y a treize ans. Son vice-président Patrice Vernier se souvient : « D’après les inventaires, près de 1 000 arbres ont disparu entre 1995 et 2005 dans le Pays de Montbéliard, il fallait agir ! » Celui qui est aujourd’hui maire de Vandoncourt ne veut plus voir les vergers et leur biodiversité associée fondre comme neige au soleil. Avec d’autres passionnés de la Société d’histoire naturelle et des Croqueurs de pommes, Patrice­ ­Vernier a créé ce collectif dédié au patrimoine fruitier en danger. Premier objectif : convaincre les élus de la communauté d’agglomération – à l’époque constituée de 29 communes – de l’intérêt paysager, culturel et environnemental des vergers qui ceinturent les villages depuis des décennies. Très vite, le message passe et la création d’une maison des vergers ancrée au cœur du territoire s’impose. Quelques années plus tard, en 2010, le site de La Damassine – nom d’une variété de prune – est inauguré à Vandoncourt.

© Claude Nardin

Ce bâtiment écologique fait de bois, de paille et d’équipements énergétiquement efficaces est devenu un haut-lieu de l’animation et de la sensibilisation à l’environnement du Pays de Montbéliard. Muséographie, pressoir à disposition de tous, bar, boutique et transformation de produits locaux sont autant d’atouts qui permettent à l’association Vergers Vivants, hébergée dans ces murs, de faire rayonner son projet en faveur du patrimoine arboricole. « En 2018, nous avons vendu 519 arbres fruitiers à des particuliers ou à des collectivités. Des centaines de personnes ont pressé leurs propres fruits et sont reparties avec leur jus… 70 000 l au total ! », s’enorgueillit l’élu passionné.

© Patrice Vernier

Le Pays de Montbéliard a perdu 1 000 arbres fruitiers en dix ans.

Pendant que les habitants se réapproprient ce précieux patrimoine, l’association mène des études. Sous la houlette de son directeur Régis Huet, la cartographie des vergers des 72 communes alentour bat son plein. Sur le volet de la biodiversité et des corridors écologiques, Vergers Vivants coopère avec les organisations régionales spécialistes des oiseaux, des insectes, de la flore et des chauves-souris. Nature, culture et vie sociale, pas de doute, le verger fédère tout un territoire.

© Claude Nardin

En attendant un projet automnal côté France, l’équipe de La Salamandre a participé le 20 mars dernier à la plantation d’un verger haute-tige sur le flanc suisse du Jura.

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Un projet qui porte ses fruits"

Couverture de La Salamandre n°251

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 251
Avril - Mai 2019
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».