Une rose pour la reine – étape#4

© Jean-Philippe Paul

Le soleil généreux sème les tout premiers insectes dans le jardin de février. Tiens! Une abeille en fourrure, c'est la reine bourdon.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

On dirait que le printemps est dopé. Sa frénésie est à l'image du monde qui galope. Au jardin, il fait 25°C de plus que le matin où notre voyage a commencé, il y a trois semaines à peine!

Il n'en fallait pas plus pour entendre vrombir la plus dodue et la plus hâtive des butineuses. La reine bourdon s'annonce toujours à l'oreille avant de s'offrir en spectacle. Je sais où elle se cache car je connais un bar à nectar déjà ouvert à cette date. Bingo! Notre abeille à fourrure se vautre avec délectation dans la corolle de l'hellébore noir, aussi appelé rose de Noël. Cette fleur d'hiver, de la famille des renoncules, n'a en fait rien d'une rose et elle est blanche. C'est une cousine du sauvage hellébore fétide qui vit en lisière du bois de frênes voisin.

Impossible de voir l'insecte en entier tant il plonge avec appétit entre les pétales de la belle offerte. Je distingue mal son collier orangé mais je pense tout de même que c'est une bourdon terrestre. L'enjeu est grand. Car cette héritière est l'unique survivante de l'hiver. Elle doit accumuler l'énergie nécessaire pour fonder une nouvelle colonie annuelle. Pour pondre, elle choisira peut-être la cavité d'un campagnol fouisseur de la pelouse ? En attendant, si l'air frais revient par surprise, elle sera protégée par ses poils performants. On ne peut pas en dire autant des deux petits gourmands qui la rejoignent : une abeille domestique d'abord, puis son clône presque parfait en version mouche, le syrphe.

Ces pollinisateurs opiniâtres reviennent encore chaque printemps et cela force le respect. Par chance ici, aucun traitement chimique n'est à craindre.

12 février 2017 - étape#4

Vous aimez les pollinisateurs ? Observez-les pour les protéger !

Quel est donc ce bourdon ? Notre clé simplifiée.

Une rose pour la reine bourdon

© Jean-Philippe Paul

Suivez chaque semaine l'itinéraire de ce voyage plein de surprises 100 % nature entre le jardin et le pas de la porte. Chaque fois, c'est une observation authentique, datée, localisée et illustrée dans ce carnet de route.

Retrouvez l'étape#3 avec Le charme discret du noisetier.

Une semaine sur deux, le voyage au jardin est envoyé par e-mail aux abonnés de la rubrique.

Articles sur le même sujet

Réagir