Rochers éperdus

Puissantes, obstinées, les vagues grimpent à l'assaut des rocs luisants de moules. / © Benoît Perrotin

A marée haute, les rochers disparaissent sous les vagues. Aino Adriaens nous décrit les rochers éperdus, tout en poésie.

Avatar de Aino Adriaens
- Mis à jour le
Article d'origine par

Le chemin de pierres a disparu sous les vagues. La mer s’est refermée sur l’îlot rocheux. Au loin, la plage et les dunes me sont désormais inaccessibles. Je reste seule avec le vent et les mouettes, les crabes et les bigorneaux.
La marée n’en finit pas de monter. Puissantes, obstinées, les vagues grimpent à l’assaut des rocs luisants de moules, s’écrasent, éclaboussent, ruissellent. Minute après minute, mes repères s’évanouissent dans des gerbes d’écume. Maintenant l’eau me lèche les pieds : je dois grimper.

Je m’arrête au bord d’une vasque d’eau salée aux couleurs éclatantes. Il y a là des algues vertes et roses, jaunes et rouille, un parterre de coquillages, trois anémones violettes, quelques crevettes et un crabe.
Tout ce monde patiente depuis des heures dans cette flaque trop chaude et trop salée. Mais la délivrance approche: déjà la mer s‘y écoule en cascade. Elle remplit la vasque qui devient baignoire, piscine, océan…

Me voici au sommet de l’îlot. J’y trouve une croix de pierre et un peu d’herbe rase. Encore trois heures à attendre que la mer me libère…
C’est peu et c’est énorme, je me sens déboussolée. En contrebas, le bec engoncé dans ses plumes, un huîtrier pie se repose. Je suis son exemple et somnole à mon tour, en respirant la mer à plein nez.

Finistère / © Yann Caradec

Des créatures fantastiques peuplent les vasques et les rochers des côtes marines. Découvrez-les en photo avec notre article.

Retrouvez la totalité du dossier consacré à la mer : Vacances à la mer

Couverture de La Salamandre n°175

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 175
Août - Septembre 2006
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir