Les oiseaux ça compte !

© Alessandro Staehli - indionature.com

Comme chaque mois de novembre depuis 25 ans, des ornithologues comptent les canards et autres oiseaux d'eau dans toute l'Europe. Coulisse d’un recensement sur le lac de Neuchâtel, en Suisse.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Publié par

7 h 30. Dimanche 13 novembre : 2°C, ciel couvert, pas un brin d’air et un lac lisse comme un plateau d’argent. Trop calme pour les windsurfers et probablement trop froid pour les adeptes du stand up paddle. Mais parfait pour les ornithologues en ce jour de recensement international des oiseaux d’eau. Canards, grèbes, harles et autres garrots sont dénombrés sur l’ensemble des lacs, des gros étangs et des principaux cours d’eau de l’Europe entière et des pays limitrophes. Le but d’une telle opération ? Suivre l'état de santé de ces oiseaux et de la biodiversité des zones humides. Avec l’ornithologue Bernard Monnier, nous y contribuons aujourd’hui au Chablais de Cudrefin, l’une des plus anciennes réserves de la Grande Cariçaie.

Oiseaux de bon augure

07 h 50. Un vol de 16 vanneaux huppés nous accueille en survolant le môle qui longe le canal de la Broye. La journée s’annonce réjouissante. Nous entamons le dénombrement par les oies cendrées. TIC-TIC-TITITIC… Après quelques minutes avec l’œil collé dans la longue-vue, le compteur mécanique affiche un total de 151. Puis 55 cygnes tuberculés suivent. Pour l’instant, aucune trace de cygnes chanteurs, leurs cousins originaires du grand nord.

La fièvre du samedi soir

08 h 15. Alors que nous tentons de déterminer le nombre de bécasseaux variables qui picorent sur le sable, nous découvrons sept corneilles noires qui s’acharnent sur un cadavre de laridé. Une scène similaire se déroule 50 mètres plus loin dans l’agitation générale. Il s’agit de deux goélands leucophées immatures. Décès fortuits ou grippe aviaire ? Les analyses de laboratoire nous en diront plus.
Le samedi soir, Michel Antoniazza, biologiste de la Grande Cariçaie et responsable des recensements pour tout le lac, avait demandé de signaler toute observation d’oiseau mort. En effet, la Station ornithologique suisse est en alerte depuis quelques jours puisque le virus H5N8 a refait son apparition sur plusieurs cours d’eau allemands, sur le lac de Constance et sur le Léman. Grâce à ce recensement, les gestionnaires et les autorités pourront se faire une idée de la progression de cette maladie hautement contagieuse pour les oiseaux. D'ailleurs, le soir même, le garde-faune nous annonce la découverte de quatre fuligules morillons morts dans un port, d’un cygne et d’une mouette rieuse. Le fameux virus, également nommé Influenza, est soupçonné.

Atterrissage équitable

09 h 22. Un fil d’oiseaux très long et mince apparaît soudainement à l’horizon. Les cris assourdissants les rendent immédiatement reconnaissables : des oies cendrées, encore. Vraisemblablement, elles retournent vers leurs zones de repos après avoir déjeuné dans les campagnes environnantes. Sur la Broye, le vol se divise en deux. Une petite moitié (environ 200 individus) atterrit dans notre secteur. L’autre, ce sera pour la lunette du voisin. Nous poursuivons le recensement. Nos compteurs affichent déjà 414 foulques macroules, 346 grèbes huppés, 456 fuligules morillons, 71 fuligules milouins et 34 garrots à œil d’or. Dulcis in fundo, deux rares harles huppés.

Nette, la rioja

10 h 45. Incroyable mais vrai, ce n’est qu’après trois heures d’observation que la première et unique nette rousse finit dans nos viseurs. On s'attendait à mieux car des groupes nombreux hivernent plus à l’ouest dans la Grande Cariçaie. Ce beau canard à la tête orangée est devenu très abondant sur les lacs suisses en hiver depuis les années 1990. Il a bénéficié de l’amélioration de la qualité des eaux et de l’augmentation des herbiers de characées dont il se nourrit. La plupart d’entre eux proviendraient d’Espagne, qui abrite la plus grande population européenne de nettes.

Au bout du compte

14 h 05. Après une tasse de thé, voici le moment de faire les comptes. Calculette, stylo noir, notes de terrain, et c’est parti. Peu à peu, le formulaire officiel pour les Recensements d’oiseaux d’eau en Suisse se remplit minutieusement. Lundi dans la journée, l’enveloppe avec les précieux résultats partira en courrier prioritaire à destination de Cheseaux-Noréaz, siège de la Grande Cariçaie. Les données de tous les observateurs seront intégrées et interprétées globalement pour titrer le portrait de ce mois de novembre 2016.

Découvrez les résultats sur le site de la Grande Cariçaie.

Mais au fait, pourquoi autant de canards hivernent en Suisse ?

Articles sur le même sujet

Réagir