Quêtes de février

Au Grand Terrier, nuit du 27 au 28 mars 2002 A 19 h 15, deux renards sortent d’un trou « du bas ». Ils bâillent, s’asseyent un instant et puis s’en vont. Belle ambiance, superbe lune mais point de blaireau. Je rentre vers 5 h du matin à l’heure où dans le ciel Jupiter lui aussi se couche. / © Jacques Rime

Il fait froid, il fait faim. Alors que les blaireaux se terrent dans leurs tanières, les renards crient leur amour dans la nuit noire.

Avatar de Jacques Rime
- Mis à jour le
Article d'origine par

Les renards cherchent et rôdent beaucoup pour trouver à manger. Ils se rapprochent des maisons et des fermes, lèchent l’assiette du chat, finissent les restes du chien et tournent autour du poulailler. Ils se contentent souvent de peu mais parfois font des bombances de fête sur la courtine, après les vêlages d’Hirondelle ou de Cerise.

C’est le temps des amours, des appels transis des mâles dans les nuits glacées, des cris, des hurlements, abois et jappements qui résonnent dans la forêt, sur les champs enneigés et jusqu’autour des villages. Et c’est le malheureux temps où il faut se défendre contre les hommes, leurs fusils et leurs chiens.
De leur côté, les blaireaux font leurs grandes siestes d’hiver. Ils vivent au ralenti, mettent parfois le museau dehors, passent d’un trou à l’autre, descendent tout au plus au ruisseau pour boire ou faire leurs petits besoins. Avant la fin de l’hiver, leurs vadrouilles vont reprendre. Ils traversent alors les clairières le nez au sol, grattent la neige et croquent les premières gourmandises de l’année.

Les derniers feux des amours des renards se sont éteints depuis plus d’une lune. Les nuits sont encore longues, la renarde a le temps. Au matin, elle cherche un endroit tranquille, au sec, au soleil. Elle s’enroule dans sa pelisse et s’endort, le ventre plein de souris et de petits renardeaux.

La suite de notre dossier le grand terrier.

Couverture de La Salamandre n°167

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 167
Avril - Mai 2005
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir