Quelques activités à faire avec la berce

« Nantes, 27 mai 2012 - Les grandes berces en fleurs au bord du chemin. » / © Denis Clavreul

La berce commune est une plante idéale pour l'animateur avide d'anecdotes et l'observateur curieux de goûter ce qu'il croise sur son chemin. Vous ne raterez pas ses belles ombelles blanches et saurez comment ne pas la confondre !

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par
Voyage dans la planète berce

La berce commune est aussi un délice pour les yeux. / © Denis Clavreul

Délice en salade

Dans le passé, la berce des prés était utilisée comme remède contre de nombreux maux. Elle exerce notamment une action hypotensive et aurait un effet aphrodisiaque comparable à celui du ginseng. Ses jeunes feuilles consommées en salade sont délicieuses et ses tiges ont un fin goût de mandarine. Mélangés à des céréales, les fruits sont un condiment original et épicé. Mais attention à ne pas confondre cette espèce avec la petite ou la grande ciguë, ses cousines toxiques!

Découvrez ici une recette de délicieux gratin dauphinois à la berce.

Voyage dans la planète berce

Crayonné de berce commune / © Denis Clavreul

Irritante confusion

La berce du Caucase ou berce de Mantegazzi est une espèce ornementale invasive en France et en Suisse. Phototoxiques, ses tissus contiennent des furanocoumarines qui réagissent à la lumière du soleil en provoquant des brûlures sur la peau en cas de contact avec la plante. Heracleum mantegazzianum se distingue aisément de la berce des prés par sa taille, qui dépasse 3 m de hauteur, et par sa tige bien plus épaisse (jusqu'à 10 cm). L'identification de jeunes pousses est plus délicate.
Transmettez la localisation de vos observations de cette espèce à éradiquer en Suisse ou en France.

Observer les habitants de la berce

Voyage dans la planète berce

« Strangalie (lepture tachetée, Rutpela maculata), sa coloration évoque un frelon et la protège des prédateurs. » / © Denis Clavreul

Pour observer la vie qui grouille sur les ombelles sans l'effaroucher, posez-vous tranquillement à quelques mètres avec vos jumelles. Non dérangés, coléoptères métallisés, guêpes bourdonnantes et délicats papillons dévoileront leur charme en toute quiétude. L'occasion d'observer leurs attitudes et leurs interactions.

Arbres à œufs

Les chrysopes pondent à la surface des feuilles à proximité d'une source de nourriture, comme une colonie de pucerons. Pour éviter le cannibalisme, ces neuroptères placent leurs œufs en haut d'une sorte de tige qu'ils sécrètent. Le limbe porte plusieurs de ces pédoncules grêles dotés d'une boule à l'extrémité. Ainsi, les premiè­res larves ne peuvent pas s'attaquer à leurs sœurs pas encore écloses.

Chrysope / © Denis Clavreul

Le maître de l'ombelle

Observable sur la berce commune même après la floraison, la punaise arlequin est probablement l'espèce la plus caractéristique de la plante. Il n'est pas rare d'y rencontrer deux individus accolés en train de s'accoupler. La coloration noire et rouge de sa partie dorsale mettrait en garde les prédateurs contre son goût désagréable.

Confiante en sa défense visuelle, Graphosoma italicum se laisse facilement approcher, se limitant à se déplacer sur le côté opposé de l'ombelle. Pour mieux la regarder, restez immobiles et passez votre main derrière les fleurs. Pour fuir cette intrusion, la punaise arlequin reviendra de votre côté.

Pour en savoir plus sur la berce et son petit monde, rendez-vous sur notre article associé Berce à croquer.

Retrouvez toutes nos observations.

Accédez à toutes nos activités famille.

Couverture de La Salamandre n°216

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 216
Juin - Juillet 2013
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir