Quand culture rime avec nature

© P.-Y. Bontemps

Des grandes cultures attractives pour la faune et la flore, c’est possible ! Focus sur un aménagement particulier adopté par des agriculteurs avertis.

Avatar de Nathalie Simon

Article d'origine par

Il fait encore frais en ce dimanche de février, mais qu’importe, vous décidez d’aller vous dégourdir les jambes. En longeant la bordure d’un champ en culture intensive, vous apercevez soudain une large rangée de hautes herbes. L’agriculteur aurait-il oublié de travailler cette zone ? Pas du tout ! Au contraire, cet îlot de nature témoigne d’une volonté de l’exploitant d’agir en faveur de la biodiversité dans les plaines agricoles.

© PIXATERRA / Fotolia

Ce ruban de plantes non récoltées est une bande aménagée pour la faune, une des onze méthodes agro-environnementales et climatiques (MAEC) que les fermiers soucieux de préserver la faune et la flore peuvent installer sur leurs terres. Ici, pas de produits chimiques ni d’engins à moteur. A la place, à la bonne saison, un mélange de céréales, de légumineuses ou d’autres herbes folles. Une aubaine pour les oiseaux des champs et la petite faune. Ces couloirs végétaux sont des refuges précieux pour les lièvres, les alouettes et autres espèces des plaines cultivées. En agrémentant leurs cultures de telles structures favorables à la biodiversité, les propriétaires limitent non seulement l’érosion des sols, mais participent également à l’amélioration du maillage écologique, ce réseau naturel si important pour permettre les échanges entre populations d’animaux et de végétaux.

Un mélange d’herbes folles qui sont une aubaine pour la petite faune et les oiseaux des cultures !

© Maren Winter / Fotolia

Sur base volontaire, tout agriculteur belge peut décider de mettre en œuvre une ou plusieurs MAEC sur ses terrains. L’asbl Natagriwal propose un accompagnement personnalisé et une expertise adaptée à son exploitation. « Des rassemblements de bruants proyers sont régulièrement observés dans les bandes. C’est une nouvelle encourageante, car cet oiseau des cultures ne compte plus que trois cents mâles chanteurs en Wallonie. Un groupe de cinquante individus a encore récemment fait une halte dans une bande aménagée pour la faune près de Braives, entre Namur et Liège », indique Pierre-Yves Bontemps, qui coordonne les conseillers MAEC chez Natagriwal.
L’avenir de notre alimentation dépend d’une agriculture respectueuse de l’environnement et de cultivateurs soucieux d’en protéger les sols, l’eau et tous ses habitants. Quant à l’installation de ces bandes aménagées pour la faune, d’après Natagriwal, un des freins principaux à leur mise en œuvre serait le développement de mauvaises herbes dans les cultures… Pas mauvaises pour le bruant, en tout cas !

Couverture de La Salamandre n°244

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 244
février - mars 2018
N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir