QI de pie

Samara Danel, Chercheuse en cognition aviaire, nos explique que la pie est bien plus intelligente qu'on le croit.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

La pie est l’un des animaux les plus intelligents. Est-ce vrai ?

Difficile à dire avec certitude. Elle possède l’un des plus gros cerveaux par rapport à sa taille. Mais d’autres espèces ont des capacités cognitives remarquables, comme les perroquets, les pélicans, les calaos ou encore les mésanges.

© Niall Benvie /Naturepl

L’agasse se reconnaît-elle dans un miroir ?

Oui, la pie est l’un des seuls oiseaux à avoir réussi le test du miroir de Gallup : certains individus sont capables d‘identifier leur propre reflet ! D’autres, en revanche, vont attaquer l’image réfléchie comme s’ils se trouvaient devant un congénère. On a longtemps pensé que la reconnaissance de son propre reflet était propre à l’homme. On sait aujourd’hui que les chimpanzés, les éléphants ou encore les dauphins possèdent aussi cette capacité.

© Photoshot / Inigo Everson / Biosphoto

La pie est-elle aussi capable de reconnaître des visages ?

Absolument ! Des chercheurs sud-coréens l’ont montré en 2011 en étudiant des pies sauvages. Fait intéressant, les oiseaux appréciaient certaines personnes, mais en abhorraient d’autres. Cela a donné l’idée à des sociétés de sécurité de dresser des pies espionnes pour reconnaître des individus recherchés.

Pourtant, son cerveau est dépourvu de néocortex, cette zone qui permet les raisonnements complexes ou la conscience de soi…

Notre cerveau est constitué d’une superposition de couches corticales, comme des lasagnes. Celui des oiseaux rappelle plutôt une pizza au chorizo, où les rondelles de saucisson correspondent aux noyaux de cellules nerveuses. Ces dissemblances anatomiques ont longtemps fait douter de leur intelligence. Aujourd’hui, on sait que chez les oiseaux les fonctions cognitives complexes sont assurées par le nidopallium : une région cérébrale qui s’est particulièrement développée au cours de l’évolution.

La suite du procès de la pie, avec les aveux d'une affamée.

Couverture de La Salamandre n°243

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 243
Décembre 2017 - Janvier 2018
N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir