Pourquoi les pissenlits fleurissent-ils en grand nombre ?

Les pissenlits attestent que cette prairie est grasse. / © Doris Oberfrank-List / Fotolia

Le secret de la prolifération du pissenlit nous est confié par François Calame, biologiste et auteur d'une thèse à l'université de Neuchâtel sur la fleur qui jaunit la campagne.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par
Pourquoi le pissenlit prolifère-t-il ?

François Calame

Parce que la dent-de-lion combine une stratégie de reproduction hyperefficace avec un talent rare pour s'imposer dans les terrains agricoles. Le résultat est spectaculaire. Pendant quelques semaines, cette plante submerge la campagne de grandes surfaces jaunes.

Le pissenlit serait-il un roi de la multiplication ?

Oui ! En matière de reproduction, c'est tout sauf un classique. D'abord, ce qu'on prend pour une fleur unique est un bouquet composé de 200 à 300 fleurons minuscules. En théorie, chacun d'entre eux peut produire une graine terminée par un petit parachute. 200 à 300 graines pour une seule tête fleurie, c'est un super rendement ! Mais, pour que cela marche bien, il faut une excellente météo au moment de l'ouverture du bouton floral. Car la fécondation dépend de la visite de mouches brun et jaune –les syrphes –, d'abeilles et de petits coléoptères.

Chez la plupart des plantes qui dépendent d'insectes pollinisateurs, une vague de froid ou trois jours de pluie au mauvais moment anéantissent tous les espoirs. Or, à côté du pissenlit qui se reproduit de manière sexuée classique, d'autres individus triploïdes (> définition) se débrouillent tout seuls. Sans aucune fécondation, ils produisent par clonage des individus presque tous identiques. Voilà donc 200 à 300 graines assurées y compris sous une pluie battante.

La combinaison de ces deux stratégies sexuée et non sexuée donne un avantage redoutable à la dent-de-lion face à presque tous les autres végétaux.

L'homme y est-il pour quelque chose ?

Evidemment ! On trouve aussi le pissenlit dans une prairie naturelle, mais dispersés en petit nombre au milieu d'une grande diversité de plantes. La pâture et l'intensification des fauches ont fortement favorisé cette espèce. Sa rosette de feuilles plaquées au ras du sol est vite submergée dans de l'herbe haute. En revanche, là où la machine ou la dent du bétail passe régulièrement, elle résiste extrêmement bien.

De plus, le pissenlit est l'une des rares plantes qui supporte un très fort engraissement du sol. Dans un terrain saturé de nitrates, il ne subsiste plus qu'une quinzaine d'espèces que notre star aux beaux soleils jaunes domine au moment de la floraison. Décidément, le pissenlit est une plante aux facultés peu banales…

Triploïde

adjectif

Se dit des êtres vivants dont les cellules ont trois lots chromosomiques au lieu de deux. Presque tous les êtres sexués, plantes ou animaux, ont deux exemplaires de chaque chromosome qu'ils reçoivent l'un de leur père et l'autre de leur mère. Les accidents de l'évolution qui produisent des individus viables à trois jeux de chromosomes, voire quatre, cinq ou six, sont rarissimes chez les animaux et surtout généralement stériles. En revanche, ces triploïdes, tétraploïdes, pentaploïdes ou hexaploïdes sont courants dans le monde végétal. L'originalité du pissenlit est de combiner dans les mêmes populations des individus diploïdes sexués avec des triploïdes qui produisent (presque) exclusivement des clones.

Couverture de La Salamandre n°221

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 221
Avril - Mai 2014
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir