Pollution lumineuse : Rendons à la nuit son obscurité

Brouillard et pollution lumineuse sur Genève, Suisse / © Christophe Suarez / Biosphoto

Dans l’Ain, la FRAPNA se mobilise contre la pollution lumineuse et propose des solutions concrètes pour rallumer les étoiles.

Avatar de Nathan Horrenberger
- Mis à jour le
Article d'origine par

A quoi bon éclairer nos rues et nos bâtiments tout au long de la nuit ? Au-delà du gaspillage énergétique, l’éclairage nocturne continu de nos infrastructures n’est pas sans conséquence pour la biodiversité. Des effets néfastes sur la santé humaine ont également été démontrés par des scientifiques. La Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA) s’engage pour faire connaître cette problématique sous-estimée. En fournissant des outils de sensibilisation et des conseils techniques aux collectivités locales, l’association souhaite rendre les éclairages publics moins nocifs et plus économiques.

La lumière blanche des LED est très problématique.

Comment ? Si l’éclairage miracle n’existe pas, il est possible de limiter les nuisances en éclairant moins.

«Les LED, souvent présentées comme écologiques, n’ont pas une consommation aussi faible que ce que l’on prétend et leur lumière blanche est particulièrement problématique», explique Hélène Foglar, responsable du pôle Veille écologique de la FRAPNA Isère. En effet, ces diodes émettent une lumière proche de celle du soleil, ce qui perturbe l’horloge biologique de nombreux animaux, mais aussi leur sens de l’orientation et leur cycle de reproduction.

© Association Flavia

De plus, ces sources lumineuses attirent énormément d’insectes qui meurent d’épuisement en tournant autour. A l’inverse, elles ont un effet répulsif pour certaines espèces, notamment les rapaces nocturnes. «Il est donc essentiel de conserver des trames noires, c’est-à-dire des corridors toujours obscurs, pour favoriser le déplacement de cette faune sensible », précise la spécialiste.

Pour les particuliers, la FRAPNA recommande d’éviter les luminaires qui diffusent leur halo vers le haut et les lampes solaires qui éclairent toute la nuit. L’utilisation de détecteurs de présence réduit la consommation d’électricité. Et pourquoi ne pas privilégier une bonne vieille bougie pour une soirée à l’extérieur ?

Pour sensibiliser les familles et notamment les enfants, la fédération organise de nombreuses animations à la nuit tombée pour mesurer la pollution lumineuse et découvrir les animaux nocturnes. Ce sera le cas lors du Jour de la Nuit qui a lieu le 14 octobre. Une occasion parfaite pour participer à l’une des très nombreuses manifestations organisées partout en France. Sorties naturalistes, observations astronomiques ou projections de films, il y en a pour tous les goûts ! Retrouvez les événements qui ont lieu près de chez vous sur jourdelanuit.fr

© Michael Leach et Meriel Lland / Biosphoto

Sur le même sujet, lisez le témoignage de Bernard Lugrin qui s’active pour rendre à la nuit une part de son empire.

Découvrez comment, sur les bords du Léman, on lutte contre la renouée.

Couverture de La Salamandre n°242

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 242
Octobre - Novembre 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir