L’oiseau de tout là-haut – étape#50

© Jean-Philippe Paul

Voyagez dans la taïga sans bouger du salon! Le pinson du Nord est un vrai visiteur d'hiver, impossible à observer dans nos contrées le restant de l'année.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Publié par

D'ordinaire, son jardin ressemble davantage à une forêt de conifères ou de bouleaux dans de lointaines contrées froides de Scandinavie, Finlande ou Russie. Mais aujourd'hui, le pinson du Nord profite du self à la mangeoire, à 2500 km de chez lui.

La visite de ce vagabond est toujours remarquable. Peut-être parce qu'il est joli et contrasté, avec sa poitrine et ses épaules orange, sa tête sombre et son croupion blanc ? Pas seulement, car il n'a pas le monopole de l'élégance sur le plateau de graines. Ce qui rend ses apparitions particulièrement enthousiasmantes, c'est plutôt son statut unique d'oiseau polaire qu'on ne peut pas admirer à d'autres saisons. Il partage cette distinction avec la grive mauvis ou certains oiseaux d'eau, mais lui nous fait le plaisir de venir jusque sous notre fenêtre. On aurait presque envie qu'il nous raconte des histoires d'ours, d'aurores boréales ou d'elfes malins.

Certaines années, les pinsons du Nord sont presque invisibles au jardin. Soit parce qu'ils trouvent assez de nourriture à des latitudes plus élevées, soit parce qu'ils se régalent par millions dans quelques hêtraies foisonnantes de faînes. Ce fut le cas en Suisse, par exemple, en 2014 ou en janvier 2015. Lors de tels rassemblements, on estime qu'un seul dortoir peut réunir une partie importante de toute la population européenne !

Le 14 janvier 2018 - étape#50

Articles sur le même sujet

Réagir