Accusée, levez-vous !

© Richardom / Alamy / photomontage

Vols de bijoux, pillages de nids, dégâts aux cultures… La pie est inculpée de tous les crimes. A tort ou à raison?

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

Aujourd’hui comme hier, la pie bavarde est un oiseau mal aimé. Son beau plumage domino aux reflets émeraude et sa fière posture ne suffisent pas à contrebalancer les accusations dont elle fait l’objet. Il y a plus d’un siècle déjà, d’éminents naturalistes décrivaient l’agasse comme méfiante, rusée, tracassière, pillarde et prévoyante à la fois. Au fil du temps, ces reproches ne souffrent pas d’une ride.
Et si certaines de ces accusations cachaient des qualités ? Qu’y a-t-il de mal à se montrer méfiante lorsque l’on est perpétuellement persécutée ? Pourquoi est-ce suspect de cacher son surplus de nourriture ? Avouons-le une bonne fois pour toutes : la pie est un oiseau intelligent. Est-ce cela qui dérange ? Assise sur le banc des accusés, Pica pica attend la clôture de son procès. Verdict au fil de ces pages.

Prévoyante

« On prend la pie dans les mêmes pièges et de la même manière que la corneille, et l’on a reconnu en elle les mêmes mauvaises habitudes, celles de voler et de faire des provisions. »

Comte de Buffon Histoire naturelle, générale et particulière, avec la description du Cabinet du Roy, XVIIIe siècle.

Sournoise

Une population importante de pies, à l’image sympathique, mais grandes pilleuses de nids, fait disparaître des jardins mésanges et autres passereaux.

Fédération des chasseurs de la Somme fdc80.com, 2017.

Infanticide

Le geai coloré et la pie loquace, avec sa longue queue, sont de terribles destructeurs de nichées.

O. Schmeil Histoire naturelle pour les écoles de la ville, 1911.

Accusée, levez-vous ! - La Salamandre

© Dr. Steven Murray / ShutterstocK.com

Pattes primées

En France, de nombreuses fédérations de chasse et des communes attribuent encore des primes pour l’éradication de la pie. C’est aussi le cas pour les corneilles, pigeons ramiers, renards, fouines ou putois. Selon le département, on perçoit entre 0,80 et 5 euros pour chaque paire de pattes d’agasse. La pie bavarde est également chassable en Suisse.

Tueuse opportuniste

Comme les corbeaux, elle prend aussi des débris de charognes et s’attaque parfois à des oiseaux et des mammifères d’assez grande taille, lièvres en particulier.

V. Fatio et T. Studer Catalogue des oiseaux de la Suisse, 1889.

Nuisible

La pie, malgré quelques qualités, est extrêmement nuisible. Tout chasseur digne de ce nom ne doit jamais manquer l’occasion, quand il la trouve, de lui envoyer un coup de fusil, tout comme aux chats rencontrés à l’affût dans une luzerne.

Baron J. C. L. T. d’Hamonville Atlas de poche des oiseaux de France, Belgique et Suisse, utiles ou nuisibles, 1898.

Malfaisante

Bien que la pie mange aussi des larves et des insectes, elle est plus nuisible que le corbeau et doit être classée sans hésitation dans les animaux malfaisants.

F. F. Villequez Du droit de destruction des animaux malfaisants ou nuisibles et de la louveterie, 1867.

Voleuse involontaire

Même si elle ne vole pas intentionnellement, la pie aime récupérer toutes sortes d’objets brillants qu’elle ramène fièrement dans son nid.

J. Morin Guide des oiseaux des villes et des jardins, 2009.

Découvrez la suite du procés de la pie bavarde dans notre article Guerre et pie.

Couverture de La Salamandre n°243

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 243
Décembre 2017 - Janvier 2018
N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir