Phoques en Somme

Phoque veau-marin / © Vera Kuttelvaserova / Fotolia

Point sur le succès des Phoques de Baie de Somme avec Laetitia Dupuis.

Avatar de Rédaction
- Mis à jour le
Article d'origine par

Laetitia Dupuis, on dit qu’il y a de plus en plus de phoques en baie de Somme, c’est vrai ?

Oui. Depuis l’arrêt de la chasse et leur protection en 1972, les phoques veaux marins sont revenus en Manche naturellement par la mer du Nord et progressent toujours depuis. On en a dénombré 473 l’été 2015 dans la baie. Nous revenons de loin car l’espèce avait totalement disparu de France au début du XXe siècle. Mais c’est encore modeste par rapport aux 28’000 veaux marins de la mer des Wadden aux Pays-Bas ou aux 50’000 de Grande-Bretagne.

Tout baigne pour les phoques alors ?

Pas tout à fait. Pour cet animal de 100 kg et 1,70 m de long, le plus grand danger reste le dérangement en été. Les mères fuient dans l’eau lorsqu’elles sont approchées à moins de 300 mètres, ce qui peut les séparer de leur progéniture.

Cela concerne beaucoup d’individus ?

En 2015, Picardie Nature a récupéré 22 jeunes égarés sur les 87 naissances répertoriées, soit un individu sur quatre. Parmi eux, seuls 13 ont pu être sauvés. Pour assurer la cohabitation des phoques avec les touristes, il faut presque 20 bénévoles à temps plein l’été. Cela nous permet de sensibiliser environ 55’000 visiteurs chaque année à la présence du mammifère marin dans la baie.

Et son cousin le phoque gris ?

Il est plus grand et plus rare. Nous n’avons eu qu’une seule naissance par an depuis 2008 mais tous les jeunes sont morts noyés car cet animal n’est pas adapté aux milieux sableux. On l’observe plutôt sur les côtes rocheuses de Bretagne.

Retrouvez l'Escapade de la Salamandre en Baie de Somme: itinéraires, bons plans, photos...

Couverture de La Salamandre n°232

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 232
Février - Mars 2016
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir