Philippe Lebeaux, un photographe fasciné par les collemboles

Philippe Lebeaux, photographe lyonnais spécialiste de la faune du sol.

Entretien avec Philippe Lebeaux, photographe lyonnais spécialiste de la faune du sol et féru de collemboles.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

Philippe Lebeaux, vous espionnez depuis 10 ans la vie intime des collemboles. Comment avez-vous commencé ?

J'étais sorti pour faire des gros plans de gouttes d'eau… Sur mes clichés, j'ai eu la surprise de découvrir à l'arrière-plan de petites boules floues et colorées. Intrigué, je suis retourné sur place où j'ai pris conscience d'un monde insoupçonné de bestioles sautant dans tous les sens. Grâce au forum de photo nature Benelux et à Google, j'ai pu les identifier. C'étaient mes premiers collemboles.

Qu'est-ce qui vous fascine chez eux ?

Leurs formes et leurs couleurs m'ont immédiatement séduit. J'ai surtout réalisé qu'il n'est pas nécessaire de prendre un avion pour voir des choses incroyables. Une loupe suffit. Grâce au collembole, j'ai d'ailleurs rencontré d'autres habitants incroyables de la litière : cloportes, acariens ou pseudoscorpions.

Vos prochains projets ?

Documentaire à ses débuts, ma quête est devenue plus artistique et a abouti à Planète collemboles, un ouvrage de 252 pages paru aux éditions Biotope. Je compte maintenant me plonger dans la photographie des collemboles du littoral et un jour dans celle des espèces arboricoles de la forêt tropicale.

En savoir plus

Article initialement publié dans la revue Salamandre sous le titre "Paparazzi ventre à terre"

Couverture de La Salamandre n°236

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 236
Octobre - Novembre 2016
Article N° complet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».