Parole de mouche

La mouche verte, Lucilia sericata / © Rebecca Cole / ALAMY

Mouche lumineuse, judiciaire, anti-pucerons, migratrice ou chirurgienne. La Salamandre donne la parole aux mouches.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par
Parole de mouche - La Salamandre

L'asticot, Arachnocampa luminosa / © Image du film l'Avis des mouches

Parole de mouche lumineuse

«Toutes les mêmes, ces mouches ? Que nenni ! Moi, vous me trouvez tellement extraordinaire que je suis devenue une attraction touristique. Je ne suis pourtant qu'un asticot de moucheron reclus dans une grotte de Nouvelle-Zélande.

Mon secret ? Je tisse un réseau de guirlandes adhésives que j'éclaire avec mon abdomen bioluminescent. Puis, j'attends que des bestioles viennent s'engluer dans mon piège. Quand nous sommes 100 000 sous la même voûte de pierre, croyez-moi, ça a de la gueule !»

Arachnocampa luminosa

La mouche domestique, Musca domestica / © David Spears / Biosphoto

Parole de mouche domestique

«Je suis le premier animal qui entre en contact avec trois nourrissons sur quatre. C'est statistique ! Pas étonnant que je sois l'une des créatures qui marque le plus fortement votre imaginaire. Merci du fond du cœur de m'avoir emmenée sur les cinq continents. J'aime vos maisons tièdes, bourrées de nourriture et peu fréquentées par les prédateurs… à part quelques araignées que vous détestez heureusement tout autant que moi.»

La mouche domestique - Musca domestica

Parole de mouche - La Salamandre

Le syrphe ceinturé, Episyrphus balteatus / © Samuel Dhier / Biosphoto

Parole de mouche anti-pucerons

«Non, je ne suis pas une petite limace verdâtre, mais la larve d'un syrphe, une jolie mouche inoffensive malgré son déguisement de guêpe. Au jardin, cherchez-moi dans les colonies de pucerons que je dévore à la chaîne. Comme les coccinelles, je suis un allié du jardinier et on me commercialise comme agent auxiliaire en lutte biologique. Comme quoi, l'homme ne fait pas la guerre à tous les diptères…»

Le syrphe ceinturé - Episyrphus balteatus

La mouche bleue, Calliphora vicina / © Alamy

Parole de mouche judiciaire

«Ne faites pas les dégoûtés. Grâce à mon odorat infaillible, je repère tout cadavre à plusieurs kilomètres de distance quelques minutes à peine après la mort. Aussitôt, j'accours et je ponds mes œufs dans leurs orifices naturels. Après moi viennent d'autres mouches et des coléoptères dans un ordre précis décrit par le Français Jean-Pierre Mégnin en 1894. Ce cortège de recycleurs permet aux spécialistes de dater précisément le décès lors des affaires criminelles. Grâce à nous, les meurtriers n'ont qu'à bien se tenir !»

La mouche bleue - Calliphora vicina

La mouche verte, Lucilia sericata / © Rebecca Cole / ALAMY

Parole de mouche chirurgienne

«Je suis une jolie mouche verte dont les larves ont la particularité de dévorer des tissus nécrosés… mais jamais vivants. L'utilisation de mes asticots pour lutter contre la gangrène et nettoyer les plaies était répandue dans de nombreuses cultures. La méthode est redécouverte par un chirurgien américain pendant la Première Guerre mondiale. Cette thérapie alternative et peu coûteuse est d'autant plus utile aujourd'hui que de plus en plus de souches bactériennes résistent aux antibiotiques hospitaliers. Alors, vous m'engagez ?»

La mouche verte - Lucilia sericata

Parole de mouche - La Salamandre

La mouche du pétrole, Helaeomyia petrolei / © Michael S. Caterino & Cristina Sandoval

Parole de mouche à pétrole

«Sur la côte Ouest des Etats-Unis, mes asticots se développent dans un milieu totalement improbable : des flaques naturelles de pétrole brut dont la température peut atteindre 40°C. C’est là que je ponds mes œufs. Et c’est dans ce milieu hostile à la vie que ma descendance prospère en dévorant tous les insectes englués dans les hydrocarbures.

Mes larves ont le tube digestif rempli de pétrole et d’asphalte. Pas grave ! Elles survivent même à un bain de térébenthine. Autre prodige, certaines de mes proches cousines se développent indifféremment dans de l’eau douce, salée ou saumâtre.»

La mouche du pétrole - Helaeomyia petrolei

La mouche à merde, Scatophaga stercoraria / © Rod Williams / NPL

Parole de mouche à merde

«Ce n'est pas le parfum des roses qui me fait frémir. Je suis une mouche à merde. Dès qu'un crottin quelconque tombe par terre, j'apparais comme par miracle grâce à mon odorat infaillible. Car le temps presse, je dois pondre avant que la surface de la bouse ne durcisse. Puis mes asticots fouissent des galeries à l'intérieur de l'excrément… mais n'allez pas croire qu'ils se nourrissent de caca. Ce sont des carnivores qui chassent d'autres asticots eux-mêmes mangeurs de déjections.»

La mouche à merde - Scatophaga stercoraria

Découvrez la bouse foisonnante de vie illustrée par Denis Clavreul.

Parole de mouche - La Salamandre

La mouche du vinaigre, Drosophila melanogaster / © Solvin Zankl

Parole de mouche transgénique

«Je pèse 0,00054 g. Parmi les 400 drosophiles connues, c'est moi la vedette de la famille, Drosophila melanogaster . Vous vous amusez à m'ausculter sous toutes les coutures, à me poser des électrodes, à m'irradier, à manipuler mes gènes ou à me couper en rondelles dans des laboratoires confinés. La génétique vous donne des ailes, fort bien ! Mais qui fixera les limites à ne pas dépasser ? Autoriserez-vous un jour à votre propre espèce ce que vous faites subir à la mienne ?»

La mouche du vinaigre - Drosophila melanogaster

Syrphus vitripennis / © Stéphane Vitzthum / Biosphoto

Parole de mouche migratrice

«Vous m'avez sûrement déjà vue butiner quelques fleurs dans votre jardin ou dans un parc urbain. Je suis une mouche très commune que l'on peut observer de mars à octobre… Mais sans doute ignorez-vous que je fais partie du petit club des insectes migrateurs. A la fin de l'été, des dizaines de millions d'entre nous s'envolent en direction du sud-ouest pour prolonger un peu la belle saison. En marquant des dizaines de milliers d'entre nous, l'entomologiste lausannois Jacques Aubert a prouvé que nous sommes capables de traverser les Alpes en parcourant au moins 160 km à vol de mouche au ras du sol.»

Syrphus vitripennis

Faites connaissance avec un autre insecte méconnu, le dytique, un vrai pirate d'aquarium.

Retrouvez la totalité du dossier consacré à la mouche : Pourquoi la mouche ?

Couverture de La Salamandre n°241

Cet article est extrait de La Salamandre
n° 241
Août - Septembre 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir