L’odyssée du renard (épisode 3)

Si le rude hiver mène la vie difficile au goupil, la neige est la meilleure amie du chercheur de pistes. Pour ne pas déranger les animaux, Laurent Geslin cherche parfois des terriers depuis le ciel à l'aide d'un drone. Coulisses...

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Publié par

Mi-février. Le sol est comme une grande page blanc immaculé. Enfin jusqu’à ce que l’œil repère des empreintes arrondies ressemblant à celles d’un petit chien traversent le pâturage de bout en bout. Un renard. Soudainement, le grand manteau blanc devient le lieu où s’écrit l’histoire,littéralement pas à pas. Sans odorat développé, sans ouïe particulièrement fine, le naturaliste peut lire ces traces et les suivre tout en gardant ses distances pour ne pas déranger les animaux. Aujourd'hui l’espoir est de trouver le terrier du rouquin.

L'œil du drone

Mais comment faire lorsque la poudreuse atteint le genou et cède sous chaque pas ? Pour ne pas souiller la piste, pour ne pas laisser de trop grosses et vilaines traces de raquettes, Laurent Geslin a opté pour un drone. C’est ainsi que, télécommande à la main, ce photographe naturaliste arrive à lire ce qui se passe ici-bas depuis le ciel. Mais est-il bien et surtout éthique, cet outil ? Tout dépend de son usage, la première règle étant de ne pas perturber les goupils et la nature en général. En l’occurrence, l’image est claire et sans tache : les traces convergent vers un monticule prometteur. Un terrier, enfin ? Non, il s’agit probablement d’un abri diurne où les renards ont passé la journée avant de repartir nuitamment pour leur errance solitaire.

Dès le printemps, il faudra ranger le drone et reprendre les affûts « classiques ». La neige aura fondu et les petits seront là. Pas d’impair!

Propos recueillis par Alessandro Staehli

Le projet

L’odyssée du renard (parution en septembre 2019) sera le 7e titre d’Histoires d’images, la collection d’ouvrages photo de La Salamandre certifiée par le label Photo responsable et dirigée par le rédacteur et photographe naturaliste Alessandro Staehli.

Les auteurs suivront les aventures d’un jeune renard qui, contraint de quitter sa forêt natale, entame une périlleuse errance par monts et par vaux, ponctuée de rencontres incroyables et de dangereux face-à-face avec chasseurs, lynx ou autres chiens. Un voyage attachant et une destination des plus inattendues. Si vous l'avez manqué, retrouvez l'épisode précédent de L'odyssée du renard.

Les auteurs

Laurent Geslin est un photographe naturaliste de renommée internationale. Il a participé au prestigieux projet photographique Wild Wonders of Europe et collabore régulièrement avec les plus grands magazines spécialisés en protection de l’environnement. Il est notamment l’auteur de Safari urbain (éd. Altus, 2010), un ouvrage original sur la faune des villes européennes, de Lynx, Regards croisés (éd. Slatkine, 2014) et de The Lynx and Us (éd. Wild Media Foundation, 2018), livre en anglais en collaboration avec le Dr D. Hetherington qui étudie la possibilité de réintroduire le lynx boréal en Grande Bretagne.

François Moutou, président d’honneur de la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM) et vice-président de la Société nationale de protection de la nature (SNPN), a écrit plusieurs livres sur les animaux pour adultes et enfants, dont Et si on pensait aux animaux (éd. Le Pommier, 2018). Il figure aussi parmi les auteurs du célèbre guide des Mammifères d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (éd. Delachaux et Niestlé, 2017). L’odyssée du renard sera son 11e livre. Docteur vétérinaire spécialisé sur la faune sauvage, il connaît très bien cet animal, ses particularités et son mode de vie.

Inscrivez-vous à notre lettre d’informations spéciale

Inscrivez-vous pour suivre de près la grande quête du renard avec Laurent Geslin et François Moutou !

Vous allez recevoir un email pour finaliser votre inscription, n’oubliez pas de contrôler vos spams.

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».