Observer les criquets, grillons et autres chanteurs des prés

Comme dans un orchestre, grillons, sauterelles et criquets chantent depuis des postes précis. Par exemple, « Tettigonia cantans dans les petits sapins, Omocestus virdulus dans la prairie, Chorthippus montanus un peu partout et ici au premier plan, Stenobothrus lineatus juste au bord du chemin. » / © Jérôme Gremaud

Choisissez un coin de prairie et couchez-vous dans l'herbe. Le concert des orthoptères va bientôt commencer ! Voici quelques conseils pour distinguer sauterelles, grillons et criquets mais aussi un de leur prédateur le plus gourmand.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

« Voilà souvent à quoi s'arrêtent les croquis avant que la sauterelle ne saute et disparaisse dans les herbes. » / © Jérôme Gremaud

Astuce

Pour observer un orthoptère sans provoquer sa fuite, évitez les mouvements brusques. Préférez une visite matinale, lorsque les sauterelles et les criquets sont engourdis par la fraîcheur nocturne et figés par la rosée. Les insectes sont sensibles aux silhouettes à contre-jour: faites-vous petit en vous blottissant au sol! Des jumelles permettant une mise au point rapprochée sont fort utiles .

« Une femelle de sauterelle cymbalière dans un épilobe. » / © Jérôme Gremaud

Reconnaître

Les orthoptères se séparent en deux sous-ordres facilement reconnaissables à la longueur de leurs antennes. Celles des ensifères (sauterelles et grillons) sont composées de plus de 30 articles et sont plus longues que le corps.

Chorthippus montanus. « Je finis par l'attraper et je peux le détailler à loisir. Il s'accroche fort aux brins d'herbe avec ses griffes. » / © Jérôme Gremaud

Les caelifères (criquets) sont équipés d'antennes plus courtes. Elles comptent moins de 30 articles et font rarement plus de la moitié de la taille du corps.

Pour aller plus loin

Glissez dans votre poche le Miniguide n°12 Sauterelles & Co lors de vos balades.

« Chant du mâle en alternant les mouvements des femurs posterieurs. » / © Jérôme Gremaud

Distinguer

Le chant du criquet de la Palène ( Stenobothrus lineatus ) se reconnaît à son rythme particulier. La phrase est un crescendo qui alterne forte et piano , comme une sirène de pompiers qui s'approche. En repérant les mâles chanteurs, vous pourrez observer la particularité de cette espèce : les deux fémurs grattent sur l'aile de façon asynchrone !

Astuce

Le traquet motteux, amateur d'orthoptères, se reconnaît aisément : sa queue porte une grosse tache blanche apparente à l'envol. Grand voyageur, il niche au nord de l'Europe, dans les Alpes et les Pyrénées, mais hiverne en Afrique. Lors des passages migratoires printaniers et automnaux, le passereau s'observe jusqu'en plaine. Harassé par les heures de vol, il se laisse souvent approcher. Observez-le toutefois à distance !

« Traquet motteux en halte migratoire; il attrape des orthoptères dans les gazons ras après une série de petits sauts. » / © Jérôme Gremaud

Pour en savoir plus sur ces infatigables musiciens de l'été, rendez-vous sur notre article associé La symphonie de la prairie.

Retrouvez toutes nos observations.

Accédez à toutes nos activités famille.

Couverture de La Salamandre n°211

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 211
Août - Septembre 2012
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir