Nos façades sous couvert du lierre

© David Melbeck

Habillez vos murs gris d’un manteau végétal multiavantages. Le précieux lierre est tout indiqué pour favoriser la biodiversité.

Avatar de David Melbeck

Article d'origine par

Quel est donc ce raffut ? Là, sur le vieux mur en face de la maison, les feuilles sombres et cirées d’une liane remuent étrangement dans une symphonie de petits cris aigus. Camille a reconnu la plante touffue, c’est un lierre. « Idéal pour se fabriquer une couronne ! »
Nathan finit par démasquer la petite bande responsable de toute cette agitation. Cinq mésanges, une sittelle et un mignon petit troglodyte ont entrepris d’inspecter de fond en comble les innombrables cachettes que recèle le lierre. Le remue-ménage de la joyeuse troupe a pour but de déloger quelques insectes et autres petites bêtes à se mettre dans le bec. Qu’il vente, pleuve ou neige, que le froid morde ou que la chaleur étouffe, la plante grimpante toujours verte offre un abri à de nombreux animaux. Et si l’incroyable végétal est utilisé comme gîte, il fournit aussi le couvert, car il a conservé de ses origines tropicales un cycle étonnamment inversé : le lierre fleurit en automne et propose ses fruits à la fin de la période hivernale, quand plus aucune baie sauvage n’est disponible ailleurs. Merles, grives, mésanges, fauvettes, rougegorges… rescapés de l’hiver ou migrateurs récemment arrivés, tous tenaillés par la faim, se ruent sur le banquet de perles noires miraculeusement tardives.
Et si vous proposiez un hôtel-restaurant aux habitants de votre jardin ? Planter du lierre, c’est facile, utile et donnera de la couleur à vos murs. Voici comment procéder...

Matériel

  • Une fourche bêche
  • Un sécateur
  • Un arrosoir
  • Un large tuteur

Comment faire

Laissez le lierre grimpez à vos murs pour en faire profiter la nature.

© David Melbeck

Coupez une tige de lierre de 25 cm, impérativement pourvue de racines aériennes, les fameux crampons. Taillez en biseau l’extrémité qui sera plantée dans le sol.

Laissez le lierre grimpez à vos murs pour en faire profiter la nature.

© David Melbeck

Retournez quelques centimètres carrés de terre à l’emplacement choisi (au pied d’un mur, d’un poteau, d’un grillage). Ajoutez de la terre noire si nécessaire.

Laissez le lierre grimpez à vos murs pour en faire profiter la nature.

© David Melbeck

Effeuillez la partie basse de la plante aux deux tiers. La bouture est prête à l’emploi.

Laissez le lierre grimpez à vos murs pour en faire profiter la nature.

© David Melbeck

Enfoncez la tige dans le sol pour ne laisser apparaître que le tiers restant.

Laissez le lierre grimpez à vos murs pour en faire profiter la nature.

© David Melbeck

Tassez et arrosez copieusement. Ajoutez un paillis d’herbes sèches. Si vous plantez votre lierre au pied d’une clôture ou d’un grillage, placez un tuteur pour l’aider à grimper.

Patientez ! Le lierre est peu exigeant, mais il pousse lentement. Il lui faudra plusieurs années avant qu’il recouvre son support.

Et encore…

Vous pouvez aussi installer votre lierre dans un pot de terreau sur votre balcon. Il n’abîme pas les façades saines. Au contraire, il les protège des intempéries, procure une isolation supplémentaire, absorbe l’excès d’humidité et contribue à éliminer les terribles benzènes, polluants de l’air réputés cancérigènes provenant des hydrocarbures.
Contre une clôture grillagée, la liane aux feuilles persistantes formera une excellente haie brise-vue ne nécessitant quasiment aucune taille.
Le lierre n’est pas un parasite. Il n’affecte donc pas la croissance des arbres auxquels il s’agrippe, mais il faut éviter de le laisser recouvrir complètement les branches, au risque de le voir devenir un concurrent pour la lumière.

Règles d’or

Le lierre possède deux types de feuilles : ovales ou lobées. Choisissez un rameau avec des feuilles triangulaires (lobes à 3 ou 5 pointes) pour la bouture. Arrosez régulièrement la première année et en cas de sécheresse, puis limitez la concurrence avec les herbes en recouvrant le sol de paillis au pied du rameau.
Le tuteur idéal est un poteau en bois d’un diamètre de 10 ou 15 cm, d’une hauteur de 1,20 m au minimum. Enfin, si vous plantez le lierre en façade, ne le laissez pas atteindre la gouttière et le toit. Ses rameaux, d’abord fins, peuvent se faufiler entre les tuiles et
la chanlatte.

Feuilles, fleurs, fruits : fou, fou, fou !

Laissez le lierre grimpez à vos murs pour en faire profiter la nature.

© Shutterstock

Ses feuilles restent vertes pendant près de trois ans avant de tomber. Incroyablement résistantes, elles survivent à des températures très basses, jusqu’à - 24 °C ! Leur secret ? Une cire antigel et anti-dessèchement composée de plusieurs substances que le lierre accumule dans les tissus de son feuillage au fur et à mesure que le froid s’installe.

Laissez le lierre grimpez à vos murs pour en faire profiter la nature.

© Richard Griffin / Alamy

Dès octobre, ses fleurs qui ne paient pas de mine, sont les dernières « buvettes » ouvertes avant l’hiver. Minuscules, mais très nombreuses, elles offrent aux insectes butineurs leur abondant nectar. Papillons, abeilles, syrphes… Nombreux sont les visiteurs qui profitent du lierre pour faire un ultime plein d’énergie.

Laissez le lierre grimpez à vos murs pour en faire profiter la nature.

© Marty Kropp - fotolia

Ses fruits noir-bleuté mûrissent tout l’hiver. Toxiques pour nous autres humains, ils sont très appréciés des oiseaux. Les petites boules façonnées pour glisser facilement dans leur gésier se révèlent suffisamment caloriques. Avec 30 % de lipides annoncés sur l’étiquette, même les renards et les martres les consomment en cas de disette hivernale.

Visionnez la Minute Nature Le lierre et la tortue.

Couverture de La Salamandre n°249

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 249
Décembre 2018 - Janvier 2019
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».