Navettes à grenouilles

Mélissa Lenarth s'engage pour aider les amphibiens pendant leur migration pour leur éviter une rencontre fatale avec une voiture.

Avatar de Naïké Trim

Article d'origine par

Je me suis intéressée aux amphibiens dans le cadre du projet Toile verte, une action menée par le Parc Jura vaudois. Là-bas comme ailleurs, ces animaux fragiles souffrent de la fragmentation du paysage due à l’intensification des constructions et des routes. L’abaissement du niveau des eaux pose aussi problème en asséchant étangs et mares temporaires.

Migration des grenouilles, aidons les à traverser la route - La Salamandre

© Ambroise Héritier

Pour se reproduire, les grenouilles, les crapauds et les tritons quittent leur site d’hivernage et rejoignent un point d’eau. Malheureusement, lorsqu’une route sépare ces deux milieux, cela devient compliqué et dangereux pour ces petits animaux. Afin d’augmenter leur chance de survie, nous posons des barrières temporaires en collaboration avec le groupe batracien de Pro Natura Vaud. Depuis quatre ans, elles bloquent les amphibiens d’un côté de la route lors de leur traversée nocturne. Aux premières heures du jour, nous les recueillons pour les relâcher de l’autre côté de la voie. Très enrichissant, ce genre d’engagement est ouvert à toutes les personnes motivées. C’est une façon de réparer l’impact néfaste de notre style de vie sur la biodiversité !

lenarth@parcjuravaudois.ch

Vous connaissez des gens qui s’engagent personnellement pour la nature ? Alors racontez-nous courrier@salamandre.net

En France, Adeline Rebourg lutte contre le gaspillage avec la couture.

En Belgique Simon Derauw est bénévole pour le festival des plantes comestibles de Namur.

Couverture de La Salamandre n°245

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 245
avril - mai 2018
Article N° complet

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».