Un club qui pèse lourd

Les mouches sont indispensables aux grands équilibres du vivant. / © Steen Drozd Lund / Biosphoto

Les mouches sont indispensables aux grands équilibres du vivant. Sans elles, plus rien ne tournerait rond pour trois raisons.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Imaginez un monde sans mouches. Le panard ? Pas sûr car les diptères pèsent lourd, très lourd. Leur masse est gigantesque, sans doute en tout cas équivalente à celle des vertébrés sur Terre. Leur diversité a elle aussi de quoi donner le tournis. Sur toutes les espèces d'animaux terrestres, les mouches à elles seules représentent 20 % de la biodiversité connue… contre seulement 0,5 % par exemple pour l'ensemble des mammifères. Cette vie foisonnante accomplit trois fonctions essentielles.

1. Nettoyer

Tout ce qui meurt, tout ce qui pourrit et tout ce qui ne vit plus intéresse les mouches. Sans ces extraordinaires éboueurs, la nature étoufferait sous les déjections et les cadavres. 8000 asticots sont par exemple mis à contribution pour recycler un kilo de crottes de cheval. Avec des coléoptères, des bactéries et des champignons, les mouches fabriquent de la vie avec la mort. C'est le cas sur terre mais aussi en eau douce où les larves d'innombrables diptères épurent et filtrent les écosystèmes aquatiques.

© Meul / NPL

2 litres

C'est la quantité d'eau qu'une seule petite larve de moustique filtre en un jour.

2. Polliniser

Sans insectes transporteurs de pollen, 80 % des plantes à fleurs disparaîtraient. Et donc une grande partie de nos ressources alimentaires. Qui dit pollinisation pense abeilles mais les mouches jouent aussi un rôle fondamental, encore plus en montagne où les hyménoptères sont peu abondants. Les diptères aspirent évidemment le nectar, mais certaines mouches piétinent aussi volontairement les étamines pour récupérer le pollen avec leur trompe.

62 %

des pollinisateurs d'une prairie subalpine du Mercantour sont des mouches… contre seulement 23 % d'hyménoptères, abeilles ou guêpes.

3. Nourrir

Dans un monde sans prédateurs ni parasites, une mouche domestique qui pond 100 œufs le 1er mai compterait 3'985'969'387'755'100 descendants le 30 septembre. De quoi recouvrir toute la Terre ! Si cela ne se produit pas, c'est qu'une grande partie des animaux se nourrit de ces insectes à l'état d'œufs, de larves, de pupes ou d'insectes adultes. Tel est peut-être le rôle le plus fondamental des diptères : nourrir la planète entière, les oiseaux, insectes, mammifères et autres innombrables insectivores. Sans diptères, point de pyramide alimentaire. Voilà tout le drame des traitements chimiques qui tuent d'abord sans distinction les insectes puis dans un second temps qui affament ou empoisonnent ceux qui les consomment.

© Cyril Ruoso

– 35 %

Telle est la terrible diminution des effectifs d'hirondelles ces trente dernières années en Europe occidentale. Parmi les causes du déclin, la chute généralisée des effectifs d'insectes, en particulier les mouches de toutes sortes.

Découvrez un autre pollinisateur de première importance, avec notre dossier : Gloire et chute d’une reine bourdon.

Retrouvez la totalité du dossier consacré à la mouche : Pourquoi la mouche ?

Plongez dans un îlot de nature au mileu d'une plaine agricole avec le DVD Un homme dans la friche.

Couverture de La Salamandre n°241

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 241
Août - Septembre 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir