Menottes au poignet

Pie-grièche grise / © Smudge 9000

Arnaud Molin, grimpeur aguerri, nous raconte sa tentative de sauvetage de pie-grièche.

Avatar de Jean-Philippe Paul
- Mis à jour le
Article d'origine par

Je passe une bonne partie de mon temps dans les arbres pour des animations nature ou des spectacles. J’ai cofondé l’association Pic et perches à Arbois (Jura) dans cet esprit. En mai dernier, mon ami Frédo Ruffinoni, spécialiste des pies-grièches, m’appelle pour sauver un oiseau dans un saule. Je n’hésite pas une seconde, mais j’avoue qu’une fois sur place, la forme têtard, la hauteur de l’arbre et la fragilité des branches m’inquiètent un peu.

Menottes au poignet pour la pie-grièche - La Salamandre

© Ambroise Héritier

Tout en haut, à douze mètres, un nid héberge un oisillon condamné. Le malheureux s’est emmêlé les pattes dans des ficelles agricoles en plastique que ses parents ont utilisées pour construire son berceau. Il ne pourra jamais s’envoler, il faut le délivrer. D’autant plus que la victime est une pie-grièche grise, l’un des oiseaux les plus menacés de France. Dans tout le Jura, il n’en reste que quatre couples.

L’exercice est périlleux, aux limites des règles de sécurité, mais j’y arrive. Je redescends le pauvre animal et nous constatons les dégâts. Hélas, le poussin a perdu l’usage de ses pattes et mourra le lendemain.

Je ne regrette pas d’avoir tenté de la sauver et je suis prêt à le refaire, même si la loi sanctionne généralement ce genre d’initiatives. Quand il y a urgence, il y a urgence ! D’après les spécialistes, la plupart des pies-grièches grises fabriquent leur propre piège avec ces lambeaux de plastique agricole omniprésents. Quel drame !

Vous connaissez des gens qui s’engagent personnellement pour la nature ? Alors racontez-nous à courrier(at)salamandre.net

Continuez votre lecture avec le témoignage de Luc Aeschlimann qui s'engage lui aussi pour la nature.

Lire aussi sur le même sujet : Berceaux-cercueils pour les pies-grièches?

Couverture de La Salamandre n°241

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 241
Août - Septembre 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir