Lunes de miel

L'ours, si difficile à photographier, dans la féérique forêt des Balkans. / © Jacques Ioset

Depuis 20 ans, le naturaliste Jacques Ioset passe presque tout son temps libre dans une forêt qui ressemble comme deux gouttes d'eau à son Jura… avec les ours en plus ! Extraits d'un livre événement.

Avatar de Jacques Ioset
- Mis à jour le
Article d'origine par

Premières rencontres

(...) Les images de la nuit repassent en boucle dans nos têtes. Impossible de décrocher. Il était là, comme dans un rêve… Notre premier ours ! Quel bonheur ! Les veillées suivantes nous offrent d’autres grands moments : à nouveau le premier ours solitaire, puis une famille à deux oursons et même un lynx qui vient prélever sa part au crépuscule. Après cette série d’affûts décisifs, nous enchaînons nos séjours toujours dans la même vallée. Des liens se tissent avec les habitants. On nous connaît. On connaît la raison de notre présence. « En medved, dva medveda, trije medvedi, štirje medvedi, pet medvedov… » 1, 2, 3, 4, 5… on nous a appris à décliner tous les pluriels du mot ours. (...)

Un nouveau président

(...) J’ai un rêve ! Construire un affût au sol pour observer les ours à leur niveau et de plus près, avec la forêt en perspective, plutôt que depuis un mirador. Mais le président des chasseurs, un gentleman un peu précieux, tout de loden kaki vêtu, qui communique avec moi dans un allemand châtié, ne se montre guère enclin à l’idée de céder du terrain à des activités non cynégétiques. Six ans plus tard, le gentleman démissionne. Un certain Janez lui succède. Plein d’espoir, je profite d’une rencontre avec lui avant la fin de notre séjour pour revenir à la charge avec mon idée. Le nouveau président m’écoute poliment. Il sait que je suis naturaliste. Et les naturalistes sont rarement des adeptes de la chasse. (...)

La forêt, noir sur blanc

(...) Dans une vraie forêt, la nuit ramène l’humain à sa juste dimension. Certains éléments du décor se fondent dans l’obscurité, d’autres en surgissent. La toison de l’ours réfléchit incroyablement la moindre clarté. La lueur la plus ténue souligne la masse et les rondeurs du plantigrade. C’est la nuit que l’ours, la bête par excellence , prend toute sa dimension et donne la sienne à la forêt. Silhouette moelleuse au crépuscule ou rondeurs aux contours argentés sous la lune. Parfois, un rayon de lumière épure la forme et la réduit à une seule ligne ondulant de la croupe à la bosse. Pendant des années, j’ai observé des ours dans la pénombre ou sous la lune en regrettant de ne pouvoir immortaliser ces instants de grâce. (...)

Lueurs d'espoir

(...) De retour dans mes montagnes jurassiennes, je me surprends parfois à rêver des ours. Là, ces grosses empreintes dans la boue… Par habitude, mon regard cherche des marques de doigts et de griffes. Les forêts d’ici ressemblent à s’y méprendre à celles des Balkans. L’espace d’un instant, j’ai oublié que j’étais chez moi. Mes ancêtres ont exterminé l’ours il y a deux siècles, affamé le lynx en anéantissant les populations de chevreuils et de chamois, piégé et empoisonné les loups jusqu’au dernier… Le lynx est revenu, aidé par quelques visionnaires. Le loup recolonise ses anciens territoires. Et l’ours ? (...)

Lunes de miel au pays de l'ours

Jacques Ioset

Jacques Ioset

naturaliste photographe

  • 1959 Naissance à Neuchâtel.
  • 1970 Première paire de jumelles offertes par ses parents. Passion pour les oiseaux, la botanique et l'herpétologie.
  • Dès 1981 Nombreux séjours dans le Nord de l'Europe et dans l'Arctique.
  • 1993 Après des années d'affûts, enfin son premier ours dans les Balkans.
  • 2014 Publie Lunes de miel.

Jacques Ioset s'est fixé voici vingt ans un défi complètemenet fou. S'immerger dans une forêt somptueuse des Balkans pour y observer et y photographier les ours au fil des saisons. Peu à peu, au fil des pages et des années d'affûts, l'auteur nous entraîne dans les profondeurs d'une quête toujours plus intime. Au final, des ours on ne distingue plus que quelques traits, une échine puissante, un pas dans l'obscurité. Plus sauvages que jamais.

Découvrez les coulisses de l'impression du livre Lunes de miel chez l'imprimeur Simon Graphic.

Couverture de La Salamandre n°224

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 224
Octobre - Novembre 2014
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir