Loutres de bon augure

Depuis les années 2000, la loutre a fait quelques apparitions en Suisse. / © Peter Trimming

Avec une mystérieuse apparition au Tessin, le retour de la loutre en Suisse fascine et intrigue. En complément à notre dossier, La Salamandre vous partage les résultats de l’étude de Carmen Cianfrani qui a élaboré des modèles de prédiction du retour de la belle amphibie.

Avatar de Nathalie Jollien
- Mis à jour le
Publié par

La loutre avait disparu des rivières suisses. En 2013, notre dossier Retour à pas de loutre détaillait ses timides apparitions en terres helvétiques. Nous vous proposons aujourd’hui une petite mise à jour avec les nouvelles observations répertoriées. Ainsi que les résultats d’une étude scientifique rapportée par le magazine Allez Savoir de l’Université de Lausanne.

Bonjour la Suisse

Portée disparue du territoire helvète depuis 1989, la loutre y a fait quelques apparitions depuis les années 2000. Dans les Grisons, une loutre effrontée a montré le bout de son museau à la caméra de surveillance d’une échelle à poissons en 2009. Et ce n’était qu’un début. En effet, une autre a laissé ses empreintes – cinq doigts en éventail munis de petites griffes – dans les neiges valaisannes en 2011 et 2012. L’année d’après, c’est au Tessin que l’on a retrouvé un spécimen écrasé sur la route. Les services de l’environnement genevois ont ensuite pris des clichés d’une loutre par hasard, alors qu’ils suivaient l’évolution du castor en 2014. Au printemps suivant, un piège-photographique placé entre Thoune et Berne le long de l’Aar a saisi une adulte et deux petits. Sans oublier des excréments retrouvés un an plus tard dans la région de Domleschg/Heinzenberg (Grisons), ainsi qu’au Tessin durant l’hiver 2016/2017.

© José Manuel Armengod

Dans le cadre de sa thèse, Carmen Cianfrani, chercheuse FNS à l’UNIL, s’est intéressée à la distribution des loutres en Europe pour élaborer des modèles de prédictions de son retour en Suisse. «J’ai pris les indices de présence de la loutre en Autriche qui, au niveau climatique, de l’utilisation du sol et de la végétation, est le plus similaire à la Suisse, explique-t-elle. Une fois détectées les conditions environnementales autrichiennes favorables à l’animal, j’ai recherché les mêmes ici.»

Au final, son étude a permis de considérer trois entrées possibles pour l’espèce emblématique des rivières en Suisse : la porte de l’ouest (France), celle du nord, en remontant le Rhin (Allemagne) et celle de l’est par le bassin de l’Inn (Autriche). A l’époque, en 2013, la chercheuse pensait que la première recolonisation aurait lieu dans le bassin du Rhône, car la loutre prospère en France, notamment dans le Massif central et sur la côte Atlantique, et qu’elle se poursuivrait dans le bassin de l’Aar. Si on est encore loin de l’invasion du mammifère amphibie, les prévisions de Carmen Cianfrani paraissent plutôt exactes.

L’énigme tessinoise

Mais comment expliquer le cadavre et les crottes découverts au Tessin ? Personne ne l’avait prédit… «Une arrivée depuis l’Italie semble impossible. Il y a un trop long trajet à parcourir. Une loutre peut marcher jusqu’à 500 kilomètres, mais seulement au fil de l’eau. Quand elle est en dispersion (à savoir lorsque les jeunes quittent leur mère pour trouver un territoire propre à chacun, ndlr), elle peut avancer sur de longues distances pour trouver un territoire favorable – le Tessin en possède plusieurs, comme mon étude l’a démontré – et s’y stabiliser.»

La biologiste se hasarde quand même à imaginer qu’elle est venue de Slovénie, qu’elle est peut-être remontée par Trieste. D’autres pensent que la fine représentante des mustélidés s’est frayée un passage directement en Suisse en partant des Grisons qu’elle a redécouverts il y a peu. Certains évoquent aussi la visite de loutres établies dans le parc naturel de la vallée du Tessin, dans le Piémont, mais sans y croire franchement.

SONY DSC / © Peter Trimming

Et après ?

Selon ses modèles, Carmen Cianfrani estime que sur tous les habitats helvétiques potentiellement habitables par la loutre d’Europe, «21% des aires sont jugées favorables. Et de plus, elles sont connectées. En outre, ses apparitions démontrent qu’elle est capable de recoloniser la Suisse naturellement.» Affaire à suivre…

© Peter Trimming

Source : Allez Savoir

Parcourez notre dossier Retour à pas de loutre de 2013, qui prophétisait déjà le retour certain de la loutre, notamment l'article Passeport pour l'Helvétie où nous interrogions déjà la chercheuse Carmen Cianfrani.

Articles sur le même sujet

Réagir