Les yeux grands ouverts

Julien Perrot

Dans son édito du n°241, Julien Perrot nous invite à croquer l'instant présent, à observer les trésors sauvages. Ouvrez grand les yeux !

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Après une douce nuit seul sous les étoiles, je me réveille avec une surprise à côté de moi. Un beau lièvre tapi dans la lumière dorée. D’un bond, il n’est déjà plus là.

Belle heure pour une confidence. Même si ce mot me déplaît profondément, on peut me qualifier de malvoyant. Avec mes verres de contact, je dois voir à peu près 30 % des détails que vos yeux perçoivent. Embêtant quand on se passionne pour l’observation de la nature, qu’on rêve de repérer la bécassine dans les roseaux, le lynx entre deux sapins.

L’école avec des grosses lunettes en cul de bouteille, le tableau noir couvert de lettres irrémédiablement floues, les copains qui se moquaient d’un drôle de pingouin fasciné par les petites fleurs et les grenouilles. Non, ça n’a pas toujours été facile. N’empêche que je me suis accroché à cette passion pour l’alouette vibrante dans le ciel bleu, pour la libellule entre joncs et nénuphars. Frustration de ne pas voir je ressens souvent. Mais la nature est généreuse. Chaque observation est un cadeau, même la plus banale, parfois durement gagnée. Il arrive que j’en pleure de joie.

Quand, à force de la chercher, je repère enfin la tête d’un chevreuil entre les hautes herbes, quand mes oreilles me racontent tous les oiseaux de la forêt, quand une fleur tend vers moi sa corolle délicate, je croque avec bonheur l’instant présent. Oubliés écrans, agitation et angoisses de notre siècle, soucis petits ou grands. Et puis, tous ces trésors sauvages, c’est si beau de les partager avec vous.

Vous avez très certainement de meilleurs yeux que moi. Ouvrez-les grands ! Profitez-en !

Couverture de La Salamandre n°241

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 241
Août - Septembre 2017
Article N° complet

Réagir