Les myxomycètes sont parmi nous

© Gilbert hayoz

Est-il possible que les êtres vivants les plus étranges de la planète rampent dans nos forêts ? La réponse est oui : ces créatures de science-fiction sont même visibles à l’œil nu ! Les myxomycètes ont leurs passionnés et leurs réseaux. Paroles de mordus.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par
Les myxomycètes sont parmi nous - La Salamandre

© Julien Perrot

Quand des moisissures ont attaqué ma collection, il m’a fallu un mois et demi pour désinfecter les milliers de boîtes d’allumettes où j’entrepose mes échantillons. C’est une passion magnifique que j’adore partager : une fois par année, je convie mes complices des quatre coins d’Europe dans une école près de mon village. Nos échanges sont passionnants, ce qui ne m’empêche pas, le reste de l’année, d’offrir autour de moi de petites boîtes à cigarillos. A l’intérieur de chaque carton, rien à fumer, mais un spécimen soigneusement présenté qui suscitera peut-être une nouvelle vocation…

Marianne Meyer, Rognaix (Savoie)

« Leur sexualité est d’une folle subtilité. »

Les myxomycètes sont parmi nous - La Salamandre

© Julien Perrot

C’est en rencontrant d’autres mycologues que j’ai contracté le virus. Oui, beaucoup d’entre nous ont commencé par s’intéresser aux champignons avant de découvrir l’existence de ces êtres exceptionnels. Curieux chemin quand on sait qu’ils n’ont rien à voir avec bolets, amanites ou lactaires. Vous en connaissez beaucoup, vous, des champignons qui se promènent et avalent tout ce qu’ils trouvent en chemin ? Mon plaisir à moi, c’est de les immortaliser dans mon studio de microphotographie, mais il m’arrive aussi, à l’occasion, de leur chanter une chanson…

Michel Poulain, Montécheroux (Doubs)

« Avec eux, on s’amuse beaucoup. Peut-être qu’on a un petit grain… »

Les myxomycètes sont parmi nous - La Salamandre

© Julien Perrot

J’ai toujours trouvé la botanique trop simple : la végétation, c’est ce qu’il faut écarter pour chercher les champignons, ma première passion ! Depuis, j’ai trouvé encore plus compliqué : avec ces organismes étranges, vous entrez dans une autre réalité où il y a tout à découvrir. Leurs formes et leurs couleurs sont extraordinaires, sans parler de leurs sidérantes métamorphoses, mais cette beauté à couper le souffle vit cachée. C’est tout près du sol et loupe à la main qu’il faut les chercher. Croyez-moi : c’est dingue d’observer dans son jardin des choses aussi bizarres…

Anne-Marie Fiore, Genève

« Je leur ai consacré ma vie. »

Les myxomycètes sont parmi nous - La Salamandre

© Julien Perrot

Un matin d’octobre 1994, j’ai trouvé en cherchant des champignons de curieuses petites boules qui ne ressemblaient à rien. Ce jour-là, j’ai mis le pied dans un monde nouveau et étrange. Je ne l’ai plus quitté. C’est devenu une véritable passion. Deux ans avant ma retraite comme fonctionnaire de la Ville de Genève, j’ai pu travailler au Conservatoire et Jardin botaniques de la ville sur l’herbier des myxomycètes. Deux années de rêve ! Aujourd’hui, j’en ai plus de 3’000 à la maison. Le plus grand mesure une vingtaine de centimètres de long et repose dans un carton à chaussures.

Hacène Seraoui, Annemasse (Haute-Savoie)

« J’en ai tout un zoo à la maison. »

Couverture de La Salamandre n°171

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 171
Décembre 2005 - Janvier 2006
N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir