L’épopée des castors juniors

Famille castor de sortie / © Vincent Munier

Dans leur hutte ou leur terrier, les castors vivent en petits clans très soudés. Voici les dessous d'une véritable saga familiale en dix questions-réponses.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Comment reconnaît-on un mâle d'une femelle ?

La nature a caché les organes sexuels des castors pour que rien ne freine leur nage. Sauf durant les quelques semaines du printemps où les quatre tétines de la femelle sont visibles, le meilleur moyen de savoir à qui l’on a affaire est de passer l'animal aux rayons X. On distingue alors un os pénien chez les mâles.

Comment s'accouplent-ils ?

Quelques rares observations hivernales suggèrent que les castors s'apparient dans l'eau ventre contre ventre, une position rare dans le monde animal. La femelle flotte en surface et le mâle vient s'accrocher à sa partenaire par en dessous, s'agrippant à elle par ses quatre pattes.

Quand naissent les castorins ?

A peu près 100 jours après l'accouplement, les deux parents et les jeunes de l'année précédente agrandissent la chambre familiale. Ils tapissent cette dernière de paille de bois, une matière confortable fabriquée sur place en lacérant des petits rondins apportés de l'extérieur. Et un beau jour de mai, la femelle s'assied et réceptionne les nouveau-nés sur sa queue.

A quoi ressemblent-ils ?

A des castors miniatures de 500 grammes recouverts d'un épais duvet. Dès le premier jour, ils risquent de tomber accidentellement dans la baignoire où débouche le tunnel d'accès du terrier. Heureusement, quoique leur pelage ne soit pas encore imperméable, ils sont légers et flottent comme des bouchons.

De quoi se nourrissent-ils ?

Au 11e jour, les castorins commencent à ronger des fragments de bois apportés par ses parents ou ses frères et sœurs.

Quand ont lieu les premières sorties ?

En principe, les deux, trois, voire quatre jeunes font leurs premières excursions aquatiques à l'âge d'un mois. Au début, ils ne lâchent pas leurs parents ou les jeunes d'une année qui participent à leur éducation. Les premières incursions sur la terre ferme n'ont lieu qu'au bout de huit semaines.

Qui leur apprend le métier de castor ?

Les castors juniors restent 21 mois avec leurs parents. La première année, ils bénéficient de l'exemple de leurs grands frères et sœurs puis, une fois ceux-ci partis, ils participent à l'éducation des petits. Il semble qu'ils sachent presque tout faire de naissance, mais l'expérience directe en famille affine l'apprentissage.

Castors en train de jouer / © Vincent Munier

A quel âge quittent-ils la maison ?

Peu avant ou peu après la naissance d'une nouvelle portée, les castorins âgés d'environ deux ans sont expulsés. Il n'y a plus de place pour eux, ni assez à manger dans le domaine familial. Leur départ à maturité permet également d'éviter des accouplements consanguins.

Où vont-ils ?

Les jeunes castors nomades ont tendance à remonter lacs et rivières à la recherche d'un territoire disponible. Toute arrivée sur le domaine d'une autre famille se solde par des affrontements violents qui peuvent entraîner la mort des explorateurs. Parfois, cette errance se prolonge sur plus de 40 kilomètres, quitte, en désespoir de cause, à faire de longs et dangereux périples sur la terre ferme.

Et s'ils trouvent enfin leur coin de paradis ?

Les jeunes s'y installent et marquent ce territoire comme occupé. Il ne leur reste plus qu'à espérer l'arrivée d'un partenaire avec lequel fonder une famille. Sauf crue dévastatrice ou dérangement majeur, ils ne quitteront plus jamais leur royaume.

Domaine privé

Les castors seniors sont des parents très attentionnés. Et les membres du clan passent de longues heures à resserrer leurs liens sociaux en se toilettant mutuellement dans l'obscurité de leur chambre. Mais toute incursion étrangère provoque une réaction extrêmement agressive.
Le territoire d'une famille suit les berges d'une rivière ou d'un lac sur un à trois kilomètres. Chaque soir, les castors marquent leur propriété à l'aide de deux très grosses glandes qui produisent une substance extrêmement odorante : le castoréum. Ce parfum, souvent déposé sur de petits cônes de terre, révèle l'identité, l'âge, le sexe et peut-être même l'humeur de son propriétaire. S'il veut éviter d'avoir la colonne vertébrale lardée de trous, un castor vagabond fera mieux de passer son chemin...

Aller plus loin

La minute nature ép. 1 : L'éléphant ou le castor?

Couverture de La Salamandre n°211

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 211
Août - Septembre 2012
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir