Un macho si mignon

L'art de séduire selon le troglodyte, le plus petit des Don Juan / © Denis Clavreul

Il enchante la forêt par sa voix, puis construit un nid pour chacune de ses prétendantes. L’art de séduire selon le troglodyte mignon, le plus petit des Don Juan.

Avatar de Alessandro Staehli
- Mis à jour le
Article d'origine par

4 avril. Dans le bosquet de peupliers derrière la station d’essence, une étrange pelote brune de la taille d’une balle de golf roule dans les fleurs de scilles. On peine à la suivre tellement elle est vive et nerveuse. La boule mystérieuse contourne les troncs couchés qui lui barrent le passage ou glisse par-dessus avec une agilité surprenante. Slalom dans les arums, plongeon dans les anémones. Puis elle se faufile dans une cathédrale de branches mortes. Quatorze secondes plus tard, elle réapparaît au-dessus du tas de bois. Contre toute attente, elle ouvre des ailes minuscules et se parachute au cœur d’un roncier. Une souris volante ? Mais non ! C’est un troglodyte mignon, un minuscule oiseau qui habite un peu partout. Et certainement tout près de chez vous.

Le troglodyte gagne la branche la plus basse d’un chêne. Semblant de toilette, tics saccadés. Profitez-en pour enfin lui tirer le portrait. Ventre cappuccino, dos cannelle agrémenté de fines barres sombres et sourcil crème. Il tient debout grâce à deux pattes fines comme des cure-dents plantés très en arrière du corps. C’est peut-être en relevant sa courte queue qu’il évite de piquer du bec.

L’entretien de son plumage terminé, le troglodyte adopte une posture dressée, rectrices à 45° et poitrine gonflée. Il entonne alors de longues strophes d’une ampleur à faire pâlir un rossignol. C’est un mâle. Qui aurait cru que ces notes claires naissent dans la gorge d’un si petit oiseau ? Après avoir fait le tour de ses six perchoirs habituels et lancé ses phrases dans tous les coins broussailleux de son territoire, le voilà qui repart fouiller le taillis. Il en ressort le bec rempli de feuilles de saule. En voletant en zigzag, il rejoint prudemment une souche tordue pour compléter son œuvre : un nid douillet.

Chargé de brindilles, le même individu plonge ensuite dans un enchevêtrement de branches et en ressort le bec vide. Construit-il deux nids ? Non… sept ! Certains troglodytes en pleine forme en aménagent jusqu’à douze, d’autres un seul. Dans les heures qui suivent, le bâtisseur fou court d’un chantier à l’autre : sous le pont de l’autoroute, entre les racines du frêne, dans un lierre touffu ou même dans la cavité du toit de l’arrêt de bus. Avec des fougères, des mousses et des feuilles, il tresse des alcôves secrètes pour nicher avec toutes les mignonnes troglodytes qui se laisseront séduire par ses phrasés métalliques. L’abondance de ces nids sert aussi à dérouter les prédateurs.

La sérénade du petit charpentier finit par intéresser une femelle. Il l’accueille sur un tapis d’ail des ours et l’invite à une visite guidée de ses nombreux nids. La prétendante les inspecte minutieusement et choisit le plus solide et le plus sûr : dans ce cas, un chef-d’œuvre bâti sur l’enfourchure d’un fusain. La nouvelle propriétaire finalise l’ameublement du foyer en le garnissant de mousses, poils et plumes pour ensuite y pondre ses œufs. Alors que sa compagne couve, le mâle charme d’autres muses avec sa voix et leur propose ses autres chambres encore libres. Il serait ainsi capable d’avoir jusqu’à quatre familles en même temps.

Pour vivre ces aventures simultanées, l’espiègle troglodyte laisse les poussins à la charge de leur mère durant tout le séjour au nid. Après l’envol, il participe à leur élevage jusqu’à leur indépendance au bout de deux semaines. Un temps suffisant pour que ce Don Juan apprenne à sa progéniture l’art de séduire ?

Découvrez les planches originales du peintre naturaliste Denis Clavreul.

Apprenez-en un peu plus sur troglodyte en lisant notre article, Curiosités et exploits du troglodyte.

Couverture de La Salamandre n°239

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 239
Avril - Mai 2017
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir