Le temps des Saisons

Julien Perrot évoque ses coups de coeur ciné dans l'édito de la Salamandre 232 de février-mars 2016.

Avatar de Julien Perrot
- Mis à jour le
Article d'origine par

Vous avez raté le dernier Star Wars ? Même pas grave ! Après l’excellent Demain qui montre comment nous allons réinventer le monde, il faut absolument aller voir Les Saisons, le nouveau film de Jacques Perrin. Ce documentaire donne tout simplement les clés de notre histoire. Comment en sommes-nous arrivés à la crise écologique actuelle ? Quelles autres révolutions climatiques ou humaines ont-elles bouleversé l’Europe ces vingt mille dernières années ? Les glaciers avec la steppe des mammouths, puis l’apparition de la forêt, son mitage inévitable par un homme devenu cultivateur, l’essor de la campagne puis peut-être demain la disparition de cette dernière ? Jacques Perrin raconte tout cela dans une fresque au titre prophétique, tant nos propres saisons ont été bouleversées ces douze derniers mois.
Entre autres révélations, ce film solidement documenté ravive le souvenir d’une époque où les animaux sauvages, bien que chassés, vivaient très proches des hommes. Pour nos ancêtres chasseurs-cueilleurs forestiers, il fallait s’approcher à vingt mètres pour tuer avec un arc. Cette proximité était une question de survie, maintenue à force d’affûts, de déguisements et de ruses. C’était une nécessité que l’invention des armes à feu a abolie.
Or qu’observe-t-on aujourd’hui dans la nature autour de nous ? Quelques pauvres cerfs, sangliers ou renards qui nous fuient à deux cents mètres, qui ne sont plus que des ombres craintives et nocturnes. Parce que la chasse dite sportive entretient une peur viscérale de l’homme. Autrement dit, ce qui est devenu un loisir pour une petite minorité d’entre nous conditionne complètement la vie de tous ces animaux et toutes nos relations avec le sauvage. Est-ce une bonne et juste chose ?
Dans quelques trop rares espaces protégés, on peut mesurer avec émotion tout ce que nous avons perdu. Il y a des jours où j’en veux au principe même de la chasse. Pour cette proximité fusillée.

Couverture de La Salamandre n°232

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 232
Février - Mars 2016
Article N° complet

Réagir