Le rougegorge a du pot

© David Melbeck

Aidez l’oiseau le plus mignon et le plus caractériel du jardin avec un pot de fleur, des buissons et de la margarine.

Avatar de David Melbeck
- Mis à jour le
Article d'origine par
Le rougegorge a du pot - La Salamandre

© David Melbeck

Cette nuit, il a gelé à pierre fendre. Dans le jardin, l’eau du petit abreuvoir à oiseaux s’est figée. Postés à la fenêtre de la cuisine, les enfants encore en pyjama à cette heure matinale observent une scène curieuse. Un merle noir poussé par la faim fouille le seau à compost posé sur la terrasse. Il y trouve des épluchures et s’en délecte. Non loin, une autre boule de plumes examine les restes étalés par le fougueux volatile.

«C’est un rougegorge ! » lance Camille « Comme il a l’air triste ! » Solitaire oui, mais pas accablé. Le robin des jardins, comme on l’appelle en Angleterre, se soucie juste de trouver de la nourriture pour résister au froid de ce début d’hiver. « Je vais mettre un bout de margarine sur la mangeoire », suggère Camille. Par temps de gel ou de neige prolongé, ce petit coup de pouce rend bien service à l’oiseau.
Pour l’aider une fois que le printemps sera de retour, on peut aussi lui bricoler un nichoir à partir d’un pot en terre cuite à placer dans les buissons. En guise d’invitation à séjourner dans votre jardin, ce petit aménagement personnalisé convient parfaitement au rougegorge familier. Le passereau a des chances de se plaire dans ce logis. Et vous profiterez ainsi à toutes saisons du tempérament explosif, de la complicité et du chant mélancolique de ce jardinier.

Matériel

  • Pot de fleur
  • Planche de récupération
  • Marteau, burin et tournevis
  • Lunette de protection
  • Scie, pince, clou
  • fil de fer de 2 mm de diamètre
  • Margarine et noix
  • Morceaux de bois
  • Plants de lierres et d’arbustes

Comment faire ?

Le rougegorge a du pot - La Salamandre

© David Melbeck

 Récupérez un vieux pot de fleur en terre cuite.

Le rougegorge a du pot - La Salamandre

© David Melbeck

Agrandissez le trou pour en faire un nichoir à rougegorge. Cassez délicatement la moitié du fond à l’aide d’un marteau, d’un burin ou d’un tournevis. N’oubliez pas de vous protéger les yeux des éclats éventuels.

Le rougegorge a du pot - La Salamandre

© David Melbeck

Sciez la planche aux dimensions de la partie la plus évasée du pot. Clouez une pointe à chaque coin.

Le rougegorge a du pot - La Salamandre

© David Melbeck

 Entourez le rebord du pot de fleur d’un fil de fer puis fixez-le aux quatre clous de la planchette toujours à l’aide de fil de fer mais aussi d’une pince. Ensuite, il n’y a plus qu’à installer le nichoir.

Le rougegorge a du pot - La Salamandre

© David Melbeck

Veillez à installer dans votre jardin un bosquet, une haie champêtre avec des arbustes indigènes et du lierre. Laissez traîner un tas de bois au fond du terrain.

Le rougegorge a du pot - La Salamandre

© David Melbeck

Quand il fait très froid, posez un morceau de beurre ou de margarine sur le rebord de la fenêtre ou sur votre mangeoire. Le rougegorge ne sait pas ouvrir la plupart des graines avec son petit bec. Préparez-lui des miettes de noix, de noisettes ou de cacahuètes.

Et encore…

Le rougegorge aime les perchoirs en hauteur pour chanter et marquer son territoire. Il apprécie aussi les fourrés pour cacher son nid, les potagers et les zones de terre couvertes de feuilles. Un arrosoir, un seau renversé, une jardinière, une botte ou encore une chaussure oubliée au fond du jardin peuvent servir de nichoir à l’incorrigible passereau.

Règles d'or

Le rougegorge ne niche jamais en hauteur. Parfois, il préfère même rester à terre. Installez donc son nichoir à moins de 1,50 m du sol dans un entrelacs de branches, ou posez-le juste à la limite entre un buisson et des herbes folles. L’habitation ne doit jamais être bringuebalante. Le passereau apprécie aussi particulièrement la discrétion : inutile de peindre son logis qui trouvera parfaitement sa place à l’abri des regards, dans un joli lierre, un tas de bois ou au cœur d’une haie touffue.

Le rougegorge a du pot - La Salamandre

© Jérôme Germaud

Rougeurs et maux de gorge

Soupe au lait, le rougegorge mène une vie solitaire. Il voit rouge dès qu’apparaît l’un de ses congénères. Sous ses airs mignons, le passereau est un bagarreur qui règne sans partage sur un territoire aussi grand qu’un terrain de foot. Là, il ne supporte pas la vue d’un autre plastron vif orangé. En cas d’intrusion, le rougegorge dresse son bec vers le ciel et montre son poitrail coloré en guise d’avertissement. Tous ses concurrents comprennent le message. Si l’étranger ne déguerpit pas au plus vite, un duel à l’arme blanche commence. Pris par leur combat, les deux protagonistes ne prêtent plus attention à ce qui se passe autour d’eux. Les blessures graves ou mortelles sont fréquentes.

Découvrez notre dossier sur le rougegorge

Accédez à toutes nos activités famille.

Retrouvez tous nos bricolages.

.

Couverture de La Salamandre n°243

Cet article est extrait de la Salamandre
n° 243
Décembre 2017 - Janvier 2018
Article N° complet

Articles sur le même sujet

Réagir